ÉconomieEntreprisesServices

MonEchelle.fr veut se hisser parmi les leaders du bricolage

2 min de lecture

La place de marché MonEchelle.fr souhaite talonner les grandes surfaces de bricolage grâce à sa politique tarifaire et son catalogue.

PhilippedeChanvillemonEchelleDeux ans après sa création, la place de marché en ligne MonEchelle.fr vient de lever 2 millions d’euros. L’entreprise, positionnée sur le secteur du bricolage et du jardinage, compte notamment développer ses fonctions sourcing et marketing. Cette opération fait suite à un premier tour de table de 600.000 euros lors de son lancement. Philippe de Chanville, co-fondateur de MonEchelle, répond aux questions de Business & Marchés.

Business & Marchés — Quel constat vous a incité à créer MonEchelle.fr ?

Philippe de Chanville — Bricoleurs dans notre vie privée et investisseurs dans les start-up web dans notre ancienne vie professionnelle, nous avons été surpris de constater le manque d’offre claire et compétitive sur internet dans le domaine du bricolage et du jardinage. Curieux de comprendre ce marché nous avons cherché à savoir pourquoi internet représentait seulement 1% des ventes de cet univers en France. Nos recherches nous ont permis de comprendre que le canal internet capte en moyenne 12% des ventes en biens d’équipement des ménages en France et prés de 10% des ventes brico-jardin en Angleterre et en Allemagne. Le constat du retard français dans ce domaine, combiné à notre projet entrepreneurial, nous a donc poussé à créer MonEchelle.

Comment vous positionnez-vous par rapport aux grandes surfaces de bricolage et aux sites de vente entre particuliers ?

Notre objectif est d’offrir une alternative simple et pas chère par internet aux traditionnelles virées en voiture dans les grandes surfaces de bricolage. Nous cherchons à nous différencier en premier lieu par une offre très complète en bricolage, jardinage et produits de décoration. Notre site comptabilise plus de 120.000 références à date versus 40.000 références pour une grande surface de bricolage moyenne.

Notre second axe majeur de différenciation est le prix de nos produits : nous sélectionnons les marchands présents sur notre place de marché pour leur sérieux et surtout leur compétitivité prix. Les produits que nous proposons sont généralement vendus à des prix nettement inférieurs à ceux trouvés dans les grandes surfaces de bricolage. Les sites de vente entre particuliers offrent une alternative intéressante pour les produits d’occasion – principalement l’outillage – mais plus rarement pour les consommables ou produits de bricolage (plomberie, électricité, robinetterie, carrelage, peinture, etc). C’est un créneau sur lequel nous avons choisi de ne pas nous positionner.

Comment comptez-vous développer la dimension « conseil » dont les magasins physiques se targuent ?

Le conseil d’un chef de rayon en magasin est évidemment précieux, et de la même manière nous conseillons nos clients de vive voix par téléphone, ainsi que par « chat » directement sur le site pour répondre en direct aux questions et par email avec la possibilité de poser des questions techniques précises sur chaque produit à nos experts. Le conseil est effectivement important dans l’univers du bricolage, et paradoxalement il est plus facile de présenter des informations exhaustives sur un produit par internet (vidéos, photos du produit en situation ou en utilisation, conseils d’utilisations d’utilisateurs, remarques de nos experts, avis de clients ….) qu’en magasin. En outre, internet permet de mettre à disposition des clients de nombreux outils comme des calculatrices ou des outils d’aide au choix qui permettent de faciliter la décision d’achat ou personnaliser un produit.

Quels sont les objectifs de votre levée de fonds ?

Notre levée de fonds a pour objectif de nous permettre d’ouvrir de nouveaux canaux d’acquisition et de communication. Pour cela, nous comptons recruter pour renforcer notre équipe qui compte déjà une vingtaine de personnes. Le reste des fonds servira principalement à des opérations marketing sur internet et auprès de la vaste communauté des bricoleurs et jardiniers de France.

Photo : Construction par Shutterstock

2797 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

“Les agences de design font preuve de résilience”, souligne Delphine Dauge, de l'Association Design Conseil

Depuis 1988, l’Association Design Conseil regroupe les grandes agences de design. Sa présidente, Delphine Dauge, fait le point sur l’actualité du secteur et sur son adaptation au contexte économique actuel.
EntreprisesIndustrie

"Les consommateurs s'intéressent au café de spécialité, qui peut aussi se développer en CHR", souligne David Serruys, du Collectif café

Les chiffres du café de spécialité restent encore peu connus en France : 800 torréfacteurs traditionnels, 4000 coffee shops. David Serruys, président du Collectif café, décrypte les enjeux de ce marché.
EntreprisesIndustrie

“Bulles de Ruche passe de la phase de lancement à celle des volumes”, explique Marc-Antoine Fulconis

Après avoir levé 1 million d’euros fin 2023, Bulles de Ruche accélère son développement. Créée en 2020, cette start-up parisienne (6 personnes) spécialisée dans la création et la vente de boissons innovantes à base de miel s’apprête à renouveler le packaging de ses différentes références à l’été 2024, Année durant laquelle elle compte atteindre les 100 000 bouteilles d’hydromel, sa boisson phare.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

1 commentaire

Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez nous contacter par mail depuis notre page A propos.