Aller au contenu

Les modes de travail nomades favorisent les besoins en salles de réunion

Face à l’essor des tiers-lieux et du télétravail, le consultant en immobilier d’entreprise CD&B rappelle que les besoins en lieux collaboratifs sont décuplés, et qu’il convient d’adapter les locaux au nomadisme.

Les modes de travail évoluent, les bureaux aussi ! Les sièges des entreprises tendent à devenir des lieux de rencontre, destinés à faciliter les échanges entre des collaborateurs toujours plus dispersés. Mandaté par Orangina-Schweppes pour l’aménagement de ses nouveaux locaux, inaugurés fin 2015 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), le cabinet de conseil en immobilier d’entreprise CD&B a ainsi intégré 35 salles de réunion et espaces collaboratifs, ainsi qu’un lounge de 350 mètres carrés.
OranginaSuntoryFrance_©CD&B-BriagCourteaux-11-2015« La méthodologie appliquée pour ce type d’espace découle d’études poussées des comportements et usages des collaborateurs. Ces études permettent des prises de décision basées sur des données factuelles. A titre d’exemple, nous avons identifié un fort besoin de salles de réunion tant en nombre de sièges (1,6 siège par poste) que de variétés d’usages (brainstorming, officiels, flexibles, etc.) », explique le directeur de la communication de CD&B, Grégoire Darricau, qui estime à 50% le nombre moyen de postes de travail inoccupés, d’une manière générale, dans les bureaux.

OranginaSuntoryFrance_©CD&B-BriagCourteaux-11-2015Accompagner la mobilité

Ces nouveaux types d’aménagements constituent aussi un moyen, pour les entreprises, de créer un esprit de groupe. « La mobilité extra-lieux de travail requiert, de la part des consultants, d’offrir aux utilisateurs de vrais outils de mesure et d’aide à la décision. Ces outils doivent sécuriser et intégrer ces nouveaux modes de travail dans l’entreprise. Notre métier tend ainsi à intégrer de plus en plus une vraie dimension RH », abonde Grégoire Darricau. Chez Orangina-Schweppes, 500 places en salles de réunion sont ainsi disponibles pour 335 salariés.

Pour le cabinet de conseil en immobilier d’entreprise, son métier n’est pas remis en cause par la montée en puissance des tiers-lieux et du télétravail. « Leur usage requière un accompagnement et une réflexion en amont pour faciliter cette mobilité en mode Plug and Play. Réfléchir à cette mobilité intra/extra lieu de travail peut être un levier de performance pour l’entreprise. La mobilité extra-lieux de travail requiert d’offrir aux utilisateurs de vrais outils de mesure et d’aide à la décision », lance Grégoire Darricau.

Photos: Briag Courteaux/CD&B

Publié dansEconomieEntreprisesManagement