ÉconomieEntreprisesManagementServices

Martin Malinvaud: “la généralisation du télétravail induit de repenser la restauration d’entreprise”

3 min de lecture

Depuis ses bureaux de Bordeaux (Gironde), Food Truck Agency référence plus de 1500 food trucks destinés à répondre aux besoins des entreprises en solutions de restauration. 30 styles culinaires sont référencés. Les sociétés clientes doivent mentionner leurs attentes (nombre de convives, jours de présence…), tandis que les employés peuvent pré-commander leurs repas en ligne. Food Truck Agency gère l’organisation. La TPE (4 personnes) entend renforcer son maillage national, et partir à l’international (Belgique, Suisse, Luxembourg, Espagne, Royaume-Uni). Son fondateur, Martin Malinvaud, nous en dit plus.

De quelle manière avez-vous observé l’évolution du marché des food trucks depuis votre création en 2015 ?

J’ai créé Food Truck Agency il y a sept ans, alors que j’étais étudiant. Je revenais du Canada où le concept était déjà très développé. En France, le marché était plutôt naissant ; les premiers food trucks sont arrivés en 2011. Néanmoins l’engouement ici a été rapide, tant de la part des entrepreneurs qui y ont vu un concept de restauration alternatif économique et attractif, que pour les consommateurs, séduits par la diversité que les food trucks offraient. C’est un marché jeune, dynamique et en pleine mutation. Il n’a pas encore atteint sa maturité, ce qui le rend passionnant à suivre !  Aujourd’hui Food Truck Agency possède le plus large réseau de food trucks en France, nous recevons en moyenne 10 demandes par jour de la part food trucks qui souhaitent être accompagnés. Le marché de la restauration collective représente pas moins de 25 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an.

Comment la crise sanitaire a-t-elle affecté ce segment ?

Le télétravail a sans conteste eu un impact sur la restauration d’entreprise dans sa globalité. La gestion des stocks, le gaspillage alimentaire, le personnel de restauration… Toute la chaîne a soulevé de nouvelles problématiques. Ce contexte s’est toutefois avéré propice pour les food trucks qui ont su s’adapter à ces mutations. Cette souplesse leur a permis à la fois d’offrir une alternative aux salariés sur leur lieu de travail, mais aussi de toucher une nouvelle clientèle : les télétravailleurs. Pendant la pandémie, les food trucks ne s’installaient plus seulement en centre ville mais aussi en périphérie et dans les quartiers résidentiels pour offrir leur service aux travailleurs à proximité de leur domicile. Aujourd’hui, on fait face à une autre tendance où il est parfois difficile pour les salariés de retrouver le chemin du bureau. Les entreprises ont compris qu’il était nécessaire de conserver la convivialité des pauses déjeuner. Food Truck Agency permet justement de surfer sur cette vague.

« Il faut raviver l’intérêt pour la vie de bureau »

Comment mettez-vous en relation les food trucks et les entreprises ?

Tout part des besoins de l’entreprise. Une fois que ses attentes sont identifiées, nous lui proposons le forfait le plus adéquat pour convenir au mieux au rythme de ses salariés. Ensuite, nous lui donnons accès à notre catalogue de food trucks partenaires présents dans son secteur. Chaque salarié est invité à répondre à un questionnaire en amont pour sélectionner le food truck de son choix, préciser ses intolérances ou régimes alimentaires particuliers (vegan, sans gluten, végétarien, etc). Nos forfaits sont flexibles et modulables et sont pensés pour s’adapter au mieux aux besoins des salariés. Nous établissons un planning prédéfini de passage qui tient compte des jours de télétravail, puis nous nous occupons de toute la logistique jusqu’au jour J. Quand on sait qu’une cantine d’entreprise engage entre 30 000 à 200 000 euros de frais fixes par an, nos forfaits démarrent eux à 250 euros par mois. Par ailleurs, notre sélection de food trucks est rigoureuse. Nous sélectionnons les plats faits maison en circuit-court avec des produits bio et privilégiant la réduction des déchets. Les food trucks doivent répondre à notre charte RSE.

Quelles raisons expliquent la forte poussée de l’activité depuis un an, et comment comptez-vous y répondre ?

La démocratisation du télétravail a entraîné des attentes nouvelles de la part des collaborateurs et les entreprises sont conscientes de l’importance de raviver l’intérêt de leurs salariés pour la vie de bureau. Ajouté à cela, il est devenu difficile avec le flex office d’anticiper et de gérer les quantités de nourriture pour les cantines d’entreprises. Aujourd’hui, nous recevons 15 nouvelles demandes de clients par mois pour mettre en place un service de food trucks. Pour répondre à cette forte poussée d’activité, nous avons accéléré le développement de notre réseau de partenaires. A ce jour, nous disposons de 1 500 food trucks dans notre réseau, ce qui le place comme le plus large de France. Nous avons aussi prévu l’ouverture de 10 postes d’ici l’année prochaine, afin de développer notre maillage territorial, mais également nous ouvrir à l’international : en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, en Espagne et au Royaume-Uni.

2495 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesServices

Les smash burgers de Junk passent de la livraison au vrai point de vente, à Paris

Le groupe In My Belly conçoit des plats pensés pour la livraison et la vente à emporter. Sa marque Junk, dédiée aux smash burgers, s’essaie au take away physique, à Paris.
EntreprisesServices

Régis Botta : “le décor d'un restaurant doit être assez fort pour concilier les exigences du service et le confort du client”

Qu’est-ce qui fait l’essence d’un restaurant ? La qualité de sa cuisine, évidemment. L’accueil de son personnel, aussi. L’ambiance, également. Un sujet auquel s’attèle, depuis 2007 puis la création de son agence en 2011, l’architecte Régis Botta.
EntreprisesIndustrie

Corona ne veut plus être confondue avec les bières aromatisées

En lançant Sunset, une bière aromatisée, et en rappelant que Corona Extra est une bière blonde, AB InBev entend clarifier le positionnement d’une de ses marques phares.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter