ÉconomieEntreprisesIndustrie

Les vignerons de Castillon Côtes de Bordeaux s’invitent chez leurs consommateurs

2 min. de lecture
Cotes de Castillon

Avec «J’irai déguster chez vous», l’appellation Castillon-Côtes de Bordeaux entend nouer davantage de liens avec les consommateurs. Elle lance aussi un site d’e-commerce.

Les vins de Castillon-Côtes de Bordeaux partent à la conquête des consommateurs. Du 20 au 22 avril, l’appellation proposera au public parisien la deuxième édition de son opération « J’irai déguster chez vous », qui mobilise ses membres pour des opérations de dégustation dans 10 bars à vins, le jeudi soir, puis chez des particuliers, le vendredi et le samedi. 40 hôtes pourront inviter leurs amis pour des sessions orchestrées par deux vignerons, après avoir été sélectionnés suite à une inscription sur Internet. Lors de la première édition, en 2016, près de 2200 personnes ont été touchées par l’opération.

« Il y a deux ans, les viticulteurs ont fait des efforts financiers pour aider à promouvoir l’appellation et créer des liens avec les consommateurs », indique Françoise Lannoye, du château Moulin de Clotte, situé aux Salles-de-Castillon (Gironde). Connue sous son nom actuel depuis 1989, l’appellation Castillon-Côtes de Bordeaux (précédemment Près Saint-émilionnais) regroupe 230 familles de vignerons, sur des propriétés de 10 hectares en moyenne. Après une montée en puissance de sa notoriété dans les années 1990, elle s’est heurtée aux difficultés traversées par les vins de Bordeaux. Elle souhaite capitaliser sur la jeunesse de ses membres. 100.000 hectolitres sont en moyenne produits chaque année. Les domaines sont composés de Merlot à hauteur de 70%, de Cabernet franc à 20%, et de Cabernet sauvignon à 10%. Du Malbec est aussi présent.

Des initiatives sur le terrain et en ligne

« La communication et le marketing apportent de la reconnaissance et de la notoriété. Nous ciblons une cible plutôt jeune (35-45 ans) sur ces opérations », complète Yannick Sabaté, du château Fontbaude (Saint-Magne de Castillon). Pour faciliter l’accès des consommateurs vers les vins de l’appellation, ceux-ci ont été regroupés en trois catégories : « puissant, étonnant et reconnu », « frais, rond et convivial », et « gourmand, élégant et séducteur ». Cette catégorisation est déclinée en un slogan, « A chacun son Castillon », et sur les réseaux sociaux avec des pages Twitter, Facebook et Instagram au nom de l’appellation. In situ, des visites de châteaux, des promenades en avion, en canoé, à vélo et à cheval, ainsi que des déjeuners réunissant une vingtaine de personnes sont organisés.

Au cours des sessions de « J’irai déguster chez vous », des suggestions de recettes seront aussi présentées. Après Paris et Bordeaux, les représentants de l’appellation entendent bien étendre l’initiative à d’autres villes, à commencer par Lille. A partir du 20 avril, il sera par ailleurs possible d’acheter 60 références de vins de Castillon-Côtes de Bordeaux sur un nouveau site d’e-commerce, en gestation depuis l’automne dernier. « Il y a un côté relationnel fort dans l’appellation », souligne Yannick Sabaté. Chez les consommateurs, dans leurs propriétés ou en ligne, ils espèrent bien le démontrer.

2241 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesFocusIndustrie

Avec des vins, bières et spiritueux alternatifs, Le Petit Béret développe le segment sans alcool

Depuis six ans, Le Petit Béret creuse son sillon sur le segment du sans alcool (vins et bières). Des produits proches des…
Entreprises

Le whisky Bowmore renforce ses efforts auprès des consommateurs français

Avec le lancement de Timeless Series 27 ans et la nomination, à l’été dernier, d’un brand ambassador, le whisky Bowmore intensifie son développement en France.
ÉconomieEntreprisesManagement

“La crise sanitaire est l'occasion de repenser la relation client en se mettant à la place des consommateurs”

Depuis un an, les professionnels de l’hôtellerie-restauration ont dû composer avec de nouvelles procédures sanitaires. Thierry Spencer, directeur associé de l’Académie du Service, décrypte les enjeux de la relation client en période de pandémie.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter