Aller au contenu

«Les jeunes sociétés qui veulent accélérer ont du mal à se financer»

Le financement des projets de développement des entreprises demeure un problème, que la fintech SparkUp, spécialisée dans l’accompagnement en levées de fonds, entend résoudre.

58% des start-up françaises ont une équipe fondatrice composée de deux à trois personnes, 20% d’entre elles disposent de trois cofondateurs ou plus dont les revenus sont supérieurs à un million d’euros, et 72% des fondateurs de start-up sont âgés de 27 à 50 ans, indique, après avoir sondé 2000 entreprises, SparkUp, une fintech qui accompagne les entreprises dans leurs opérations de levées de fonds en estimant leurs potentiels de financement. Damien Brenelière, head of acquisition & growth hacker de SparkUp, présente cette enquête.

Pourquoi avez-vous souhaité en savoir plus sur les fondateurs des start-up?

Damien Brenelière – En sachant que nous avons récolté ces informations à partir d’un questionnaire : nous avons décidé en savoir plus pour plusieurs raisons. Nous devons mieux connaitre notre marché : nous devons mieux qualifier nos prospects afin d’améliorer les chances de lever pour nos clients. En réalisant cette étude, nous avons pu améliorer nos algorithmes de détection de potentiels de financement. Nous encourageons fortement les entrepreneurs à remplir le questionnaire très tôt dans les discussions commerciales afin d’évaluer la capacité des entrepreneurs à lever des fonds. Si nous réalisons que l’entrepreneur n’est pas encore prêt, nous lui proposons de se reparler plus tard en lui indiquant ce qu’il peut améliorer pour lever des fonds dans les meilleures conditions.

Comment SparkUp accompagne les entrepreneurs dans ce process?

SparkUp permet de faire émerger toutes les opportunités d’investissement issues du réseau et du réseau du réseau de ses clients sur un très court laps de temps.  La technologie SparkUp combine emailing, CRM, marketing automation et analyses comportementale dans le but de contacter les réseaux de premier et second niveaux de l’entreprise de manière optimisée dans le but d’ouvrir des portes.

Quels sont les profils-types de ces entrepreneurs?

Les entrepreneurs que nous accompagnons ont moins de cinquante salariés. Il y a tous les types d’entrepreneurs, du jeune startuper au chef d’entreprise vétéran. Notre technologie permettant de faire émerger rapidement des opportunités d’investissement après de l’écosystème des entreprises nous permet de travailler avec tous secteurs d’activités (sociétés traditionnelles, technologie de pointe, robotique, applications industrielles…) Le marché auquel nous faisons face ne connait pas de limites.

Quels écueils rencontrent-ils souvent lors de leur première levée de fonds?

Il existe un véritable problème de financement pour les jeunes sociétés souhaitant accélérer leurs prises de parts de marché. Elles ne savent plus vers qui se tourner : trop risquées pour les banques, trop petites pour les fonds d’investissements/VCs, ‘Business Angels’ sursollicités, hyper-sélectivité des plateformes de crowdfunding… Nous permettons ainsi de faire émerger des opportunités inattendues, inespérées et qualitatives auprès de particuliers ou d’entreprises ayant de véritables intérêts à investir au sein du capital de nos clients.

Publié dansEconomieInvestissementMarchés et finance