Économie

La loi Hamon déjà adoptée par les consommateurs

1 min. de lecture
Assurance auto

De nombreux consommateurs se sont déjà emparés des dispositions de la loi consommation (ou « loi Hamon »), notamment dans le secteur de l’assurance.

Un an après son vote, la loi consommation (dite « loi Hamon ») fait toujours débat. Le texte, qui touche neuf domaines de l’univers de la grande consommation (automobile, consommation responsable, traçabilité, litiges, surendettement, santé, démarchage, e-commerce et banque-assurance), permet notamment de renoncer dans un délai de 14 jours à une assurance affinitaire pour laquelle le bien est déjà couvert, résilier certains types d’assurances en cours de contrat, participer à une action de groupe, connaître la disponibilité de pièces détachées ou obtenir la restitution sans frais de son dossier déposé dans une auto-école.

Signe de l’intérêt porté par les consommateurs à certains volets de la loi Hamon, le courtier AcommeAssure constate un fort accroissement de ce motif dans les demandes de résiliation d’assurance automobile effectuées à partir de son générateur de lettres. Il est passé de 23% en janvier à 43% en mars ! « En 2016, il faut s’attendre à une généralisation de la résiliation à tout moment, en application de la loi consommation », rappelle l’entreprise, qui compte bien profiter de cet appel d’air. En attendant, la loi Chatel, qui a pour objet la résiliation de contrats par tacite reconduction, peut être appelée à la rescousse.

D’autres mesures (tarification des parkings au quart d’heure, allongement de la durée des garanties de 6 mois à 2 ans, facilitation de la mobilité bancaire) sont prévues pour s’appliquer prochainement. Le Sénat a néanmoins limité la loi sur les modalités du dispositif d’information des salariés en cas de cession d’une entreprise, la question de la confidentialité des négociations étant notamment posée.

Photo : Protection of car par Shutterstock/Sychugina

A lire également
Économie

Après la crise, les professionnels des spiritueux doivent s'adapter aux bouleversements de la consommation

La fermeture des cafés-restaurants et la limitation des déplacements a affecté l’activité des producteurs de spiritueux. Ceux-ci cherchent aujourd’hui à coller à une consommation moins fréquente, mais plus attentionnée.
EntreprisesServices

Télétravail, restrictions : les distributeurs automatiques de café et de friandises face à la crise

En janvier 2022, les professionnels de la distribution automatique (55 000 personnes) prévoient une chute de leur chiffre d’affaires de 50%, dans un contexte d’obligation de recours au télétravail et de baisse des déplacements. L’interdiction de la consommation dans les cinémas ou dans les transports s’ajoute à cette situation. Yoann Chuffart, délégué général de la Fédération nationale de vente et services automatiques, revient sur les conséquences de cette situation.
ÉconomieEntreprisesIndustrie

“Le Made in France ne suffit pas à faire vendre un produit”, rappelle Tiphaine Chouillet (La Racine)

Entreprises françaises patrimoniales ou sociétés en transition vers le made in France, tels sont les profils de structures qu’accompagne La Racine. Créé en 2015, ce cabinet de conseil intervient sur l’ensemble de la chaîne de la valeur.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter