ÉconomieEntreprisesIndustrie

John Dewar and Sons veut aller plus loin en France

2 min. de lecture
Aberfeldy - John Dewar and Sons

John Dewar and Sons souhaite conserver ses positions sur le marché du whisky. L’entreprise, sous la houlette de Bacardi-Martini, a lancé cinq références en septembre dernier et poursuit ses efforts pour faire connaître ses différentes marques. Sophie Rouillard, brand ambassador France, nous en dit plus.

Comment se positionnent les quatre marques dans l’univers du whisky ?

Craigellachie, Aultmore, Royal Brackla et Aberfeldy sont des single malt provenant d’anciennes distilleries (la plus ancienne étant Royal Brackla, construite en 1812) du Speyside et des Highlands.Nous avons la chance de pouvoir déguster ces single malt en embouteillage officiel depuis seulement 2014. Royal Brackla permet de s’initier au Scotch. Facile à déguster, sa finition 6 mois en first fill Oloroso lui confère des notes de fruits rouges et une finale boisée et suave. Aberfeldy, créé par les fils Dewar et élaboré avec l’eau de la Pitilie Burn (une rivière chargée en or), est un single malt des Highland gourmand aux notes de miel et caramel. Aultmore, distillé dans la région brumeuse de la Foggie Moss, plaira aux amateurs de fraîcheur et pureté avec ses notes de fruits du verger et d’herbe fraîchement coupé. Craigellachie, vif, nerveux et gourmand à la fois, laisse quant à lui rarement indifférent.

Quelles sont les caractéristiques des cinq nouveautés lancées depuis la rentrée ?

Pour la fin d’année, nous sommes ravis de proposer à nos clients Craigellachie et Aberfeldy dans de somptueux coffrets, à offrir ou à s’offrir et à déguster seul ou entre amis, toujours avec modération bien sûr ! Autre nouveauté également : Craigellachie 1999, provenant d’un fût unique datant de 1999 sélectionné avec soin par notre master blender, Stephanie MacLeod, est disponible en quantités limitées (180 exemplaires). Dewar’s Signature laisse également place au Dewar’s 25 ans, blend de luxe composé de Whiskies d’au moins 25 ans d’âge qui une fois assemblé subiront une double maturation (6 mois) en ex-fûts de Royal Brackla pour toujours plus de rondeur et d’arômes. Une attaque vive et complète, une bouche fruitée et gourmande (miel, fève tonka, orange confite, café pâtissier) et finale douce et fraîche avec des notes d’agrumes.

De quelle manière le Scotch Egg Club reflète-t-il l’esprit de vos marques, et comment souhaitez-vous le développer ?

Le Scotch Egg Club est un hommage rendu à Tommy Dewar, fils de John Dewar fondateur de la maison Dewar’s, passionné de Whisky et de l’élévage de volaille ! L’une des citations phares de Tommy était “Working hard in the morning and playing hard in the afternoon”. Nous aimons, traduire cette idée qu’il est possible de proposer des produits qualitatifs et élaboré sérieusement en les dégustant avec un petit moins de sérieux, en cocktail et associé à de la street food. C’est pourquoi nous poursuivons l’aventure Scotch Egg Club en 2018, notamment au sein des Mama Shelter de Paris, Bordeaux, Lyon et Marseille en février et en mars.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

2242 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

En France, Maker's Mark veut conquérir plus de barmans

“Avec les barmans, nous préparons la rentrée”, souligne Benjamin Flavigny, brand ambassador de Maker’s Mark. Il nous présente les deux produits disponibles en France (Campari France Distribution).
Économie

Avant-première : la brasserie britannique Beavertown revient en France

Accompagnée par PWP, la brasserie londonienne Beavertown réinvestit les bars, caves et magasins français, en commençant par Paris. Quatre références sont lancées en juin.
EntreprisesServices

Les restaurants Bioburger veulent porter une transition écologique “simple”

Chez Bioburger, la bio n’est pas ostentatoire. Pas de logos dans tous les sens sur les façades, pas de vecteurs de réassurance à chaque coin de table. Interview avec Anthony Darré.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

1 commentaire

Réagissez par e-mail ou sur nos réseaux sociaux.