ÉconomieEntreprisesIndustrie

Heineken mise sur les futurs professionnels du bar pour développer la culture de la bière

2 min. de lecture
Finale du concours de biérologie 2016 Heineken

La onzième édition du concours de biérologie organisé par Heineken s’est achevée jeudi 19 mai. L’entreprise compte sur la sensibilisation des futurs professionnels du bar ainsi que sur des actions marketing pour développer la culture de la bière, notamment avec un nouveau cocktail.

Elève en mention complémentaire bar (MCB) au CFA Médéric, à Paris, Marie Cabaret s’est hissée en première place du concours de biérologie 2015-16 organisé par Heineken, dont la finale s’est déroulée jeudi 19 mai. « C’est un métier de passionnés. L’épreuve que j’ai le plus redouté est l’accord mets et bière, parce qu’il faut séduire le jury… mais c’est aussi celle où j’ai pris le plus de plaisir », a-t-elle indiqué devant le public présent lors de l’événement. Elsa Rigal, étudiante en MCB à Marseille (Bouches-du-Rhône), et Jocelyn Couvidat, qui suit les mêmes études à Souillac (Lot) ont pour leur part décroché le deuxième et le troisième prix.

Organisée de novembre 2015 à mai 2016, la onzième édition du concours de biérologie, qui s’est toujours adressée aux professionnels en devenir des métiers du bar, a consisté en des travaux personnels entre les élèves sélectionnés et leurs professeurs, avant les demi-finales régionales (visite découverte, master class, une épreuve théorique et quatre épreuves pratiques de service, de mixologie, d’alliances et d’analyse) avant la finale, composée d’une master class, d’une épreuve théorique écrite et de cinq épreuves pratiques possibles. 65 lycées hôteliers ont participé.

Développer la culture de la bière

Cette onzième édition du concours arborait, pour sa finale, un nouveau format, resserré, dans un hôtel particulier du Vème arrondissement de Paris. Il s’agissait, pour Heineken, qui l’a créée en 2005 sous la houlette de l’expert en bière Hervé Marziou, de franchir une nouvelle étape dans sa stratégie de communication.

« Heineken s’est engagé depuis plus de dix ans dans une démarche visant à créer une culture de la bière en France, auprès des professionnels et du grand public. Le concours de biérologie y participe, tout comme les événements grand public que nous avons organisé, en 2014 au Carreau du Temple ou en 2015 à la Bourse, pour ne citer qu’eux. Nous disposons également d’une plateforme Web, Tendances bière, complétée par les actions menées par Brasseurs de France. Il faut inviter le public à découvrir la diversité de la bière », a expliqué la directrice marketing groupe France de Heineken, Annick Vincenti.

Un nouveau cocktail

Michael Mas - Gravity Bar - Freddy Collins pour Heineken

Signe de cette volonté de populariser la culture de la bière – les professionnels du bar y concourant en premier lieu, d’où l’importance du concours pour la filiale française du groupe néerlandais – Heineken a proposé à Michael Mas, chef barman du Gravity Bar (Paris) de concevoir un nouveau cocktail dédié à la marque (photo). Baptisé Freddy Collins, il est composé de sirop de concombre, de jus de citron jaune, d’Aquavit, de bitter et d’Heineken. « La bière est un produit d’avenir pour le bar. On voit l’émergence de la bière avec le phénomène des microbrasseries. Les barmen recherchent des produits qui ont de la personnalité », a-t-il rappelé.

2260 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesServices

Comment Vapiano creuse son sillon “fait maison” malgré la crise

Avec ses plats faits maison, Vapiano France mise sur un concept inchangé pour redémarrer, malgré les déboires rencontrés l’an dernier et une fréquentation touristique moindre.
ÉconomieEntreprises

Au Hard Rock Cafe Paris, des clients heureux de revenir et un nouveau merchandising

Installé sur les Grands boulevards, le Hard Rock Cafe Paris traverse l’été avec une carte réduite, mais table sur ses classiques et les cinquante ans de la marque pour animer le restaurant et sa boutique.
ÉconomieEntreprises

“Etre glacier, c'est exercer un métier difficile, exigeant, mais de passion”, rappelle David Wesmaël

A Lezennes (Nord) ou à Paris, David Wesmaël, meilleur ouvrier de France glacier et champion du monde de pâtisserie s’efforce de repenser l’expérience de la glace, avec La Glacerie Paris.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter