Aller au contenu

Gingeur, la ginger beer landaise crée par un ancien ingénieur informatique

Créée et fabriquée dans les Landes par un ancien ingénieur informatique, la ginger beer Gingeur s’est déjà tissée un large réseau de distributeurs.

Quel est l’ingrédient secret des cocktails ? La ginger beer ! Depuis huit mois, Damien Poulain en produit au Pays Basque, afin d’approvisionner les cavistes et CHR avec cette boisson gazeuse sans alcool à base de jus de gingembre, de citron, de sucre de canne, d’arômes naturels et de cardamone qui se déguste aussi bien en bouteille qu’en cocktail, comme un tonic. « J’ai travaillé durant huit ans aux Etats-Unis, où j’ai découvert cette boisson. J’ai décidé de revenir en France pour me lancer sur ce marché et proposer une ginger beer de qualité », explique cet ancien ingénieur informatique, qui officiait jusqu’alors à San Francisco avant de revenir à Biarritz au printemps 2016.

Damien Poulain - Gingeur

En huit mois, Gingeur – le nom qu’il a donné à sa ginger beer « légèrement épicée, peu sucrée et finement pétillante » – est déjà référencée dans les Pyrénées-Atlantiques, dans les Landes, en Gironde, en Haute-Garonne et dans les Hautes-Pyrénées, mais aussi à Paris. A l’occasion du Salon international de l’agriculture, deux cocktails faisant la part belle à Gingeur (Mule landaise et Old fashioned landais, à base d’armagnac Laballe) ont ainsi été proposés sous la houlette de Thomas Girard, qui officie au Gravity Bar, une des références phares de la scène cocktail. « Je ne viens pas du secteur agroalimentaire ! », rappelle pourtant Damien Poulain.

Les débuts de l’activité ont été très artisanaux, avec une machine à soda. Pour répondre à la demande (déjà 20.000 bouteilles produites), l’entrepreneur compte faire évoluer ses process – Gingeur est actuellement fabriquée dans la maison familiale de Capbreton, et embouteillée près de Bayonne. Le développement de l’entreprise sera accompagné de nouveaux modes de fabrication, tout en veillant au maintien d’un approvisionnement en produits permettant à la boisson de rester « 100% naturelle », sans colorants et toujours issue du Sud-Ouest.

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie