Aller au contenu

«A Disneyland Paris, la restauration doit offrir autant d’émotions que les attractions»

Disneyland Paris accélère sur l’offre de restauration. Le resort de Marne-la-Vallée, qui compte notamment 55 restaurants et 13 cafés et bars, compte faire de ce pôle le pendant des attractions et des spectacles. Jusqu’au 10 octobre, les chalets du Rendez-vous gourmand ont par ailleurs fait leur retour, pour la troisième année, au parc Walt Disney Studios. Directeur food & beverages depuis février 2018, François Charpy répond aux questions de Business & Marchés.

Quelles orientations avez-vous souhaité impulser dans votre département ?

François Charpy — La stratégie de Disneyland Paris en termes de restauration et de food & beverages (parcs, hôtels, Disney Village, room services, distributeurs) réside dans l’eatertainement. Dans le souvenir qu’ont nos clients après leur visite, et l’envie qu’ils ont de revenir, figurent les attractions, les spectacles et les rencontres avec les personnages, mais aussi le food. Il ne peut plus y avoir de food sans fun et show, et il ne peut plus y avoir d’attractions et de spectacles sans food. Dans l’émotion générée, la restauration doit jouer un rôle au même niveau que les autres.

De quelle manière s’est développé le concept d’eatertainment ?

Nous ne sommes pas là pour nourrir nos clients, mais pour leur donner des émotions. Il s’agit d’une révolution culturelle. Nos produits doivent être bons, beaux et différents : un plat à Disneyland Paris doit être totalement unique visuellement, et doit composer avec l’incroyable univers culturel de la Walt Disney Company (classiques Disney, Pixar, Marvel…) Nous avons augmenté le nombre de produits à thème (gaufres Mickey, Dark Vador…). Nos cast members travaillent face aux clients.

« Il n’y a pas que du burger sur nos cartes »

Comment les approvisionnements suivent-ils ces changements ?

Nous introduisons plus de produits biologiques et plus de produits vegan, ainsi que des produits issus du commerce équitable. La gamme de boissons bio Honest (Coca-Cola) est présente. Les yaourts pour enfants sont bio. Le café est certifié Rainforest depuis un mois et demi. Depuis avril, nous avons par ailleurs banni les pailles en plastique. Nos nouvelles pailles, sous label PEFC, proviennent d’une entreprise française située à 250 kilomètres.

L’offre des restaurants est également renouvelée.

Il faut offrir de la diversité à nos clients. Les burgers satisfaisaient nos clients, mais quelle en est la crédibilité dans un point de vente à l’univers mexicain ? Nous avons réadapté les cartes par rapport à l’histoire et au territoire de chaque restaurant. A Fantasyland, le restaurant Bella Note est dédié à la Belle et le Clochard. Il manquait cette scène mythique où les deux personnages mangent un plat de pâtes. Nous avons donc introduit les spaghettis.


Le Victoria’s Home Style offre depuis un an de vrais milkshakes avec de la vraie glace, à l’effigie des personnages Disney. Nous lui avons redonné du souffle, dans un univers unique.

« Nous avons transcrit l’histoire du Roi Lion dans l’univers food »

De quelle manière travaillez-vous en amont avec les équipes du resort pour adapter l’offre aux différentes saisons (le Festival du Roi Lion, la Saison de la force…) ?

Pour le Festival du Roi Lion et de la jungle, 41 produits différents ont été développés. Dans les hôtels, les parcs, au Disney Village, dans les bars… on retrouve le festival. Le Roi Lion raconte une histoire et exprime des sentiments : nous effectuons une immersion en amont pour bien comprendre ce que raconte la franchise. Cela peut prendre jusqu’à un an de travail. Une division Expérience produits, synergie et intégration a été créée pour imaginer l’intégralité de l’expérience client, quelque soit le lieu : hôtellerie, spectacles, food & beverages et merchandise. Cette plateforme créative met en avant l’intégralité des franchises.

Comment avez-vous souhaité enrichir l’offre du Rendez-vous gourmand cette année ?

86% des clients interrogés sont très satisfaits de l’offre. Le concept de base, un food & wine festival, n’a pas changé. Les chalets racontent une histoire, et les équipes préparent les produits devant les clients. Nous avons ajouté un chalet grec. Le chalet vegan a été reconduit. Un bar à vins est désormais présent, à 100% en bio. Nous proposons aussi de déguster, sous forme d’éclairs à la découpe, des grands classiques de la pâtisserie française.

Quelles nouveautés sont prévues ?

Des concepts vont changer. A plus long terme, l’extension du parc Walt Disney Studios avec trois nouveaux lands est très enthousiasmante. Nous sommes des conteurs, qui racontent des histoires.

Publié dansEconomieEntreprisesServices