Aller au contenu

La consommation de la télévision s’atomise

Le petit écran se regarde de plus en plus souvent seul, et fait l’objet d’une approche distanciée de la part des cadres.

Média fédérateur par excellence, la télévision, qui prouve régulièrement sa capacité à réunir un important volume de téléspectateurs (événements sportifs, télé-réalité…) se consomme de manière de plus en plus individuelle… et moins focalisée sur l’écran. Sur 73 minutes passées devant la télévision avec une activité simultanée, 36 % de ce temps est ainsi consacré à prendre un repas.

L’évolution du paysage, marquée dans les années 1990 par l’essor du câble et du satellite, puis par l’arrivée de la télévision numérique terrestre à partir de 2005, a contribué à cette fragmentation, désormais amplifiée par les services de rattrapage en ligne. Au cours des trois derniers mois précédant l’enquête menée par l’Insee en 2010 et publiée ce mardi*,  27 % des utilisateurs d’Internet sondés ont écouté la radio ou regardé la télévision en direct s’ils possèdent un équipement de ce type. De plus, 29 % du temps consacré à la télévision l’était en solitaire, contre 23 % en 1998.

 « La présence d’enfants va de pair également avec l’achat d’une télévision supplémentaire, souvent la troisième du ménage », complètent Fella Nabli et Layla Ricroch, de la division Conditions de vie des ménages de l’Insee. 25 % des couples avec enfants possèdent au moins trois postes de télévision.

Une approche plus distendue chez les cadres et professions libérales

Du dimanche au jeudi, les courbes illustrant la proportion de membres de professions libérales et de cadres, d’employés et d’ouvriers regardant la télévision adoptent un tracé quasi similaire au fil de la journée, avec un pic à 22 heures. En revanche, le vendredi et le samedi, les cadres et professions libérales semblent délaisser le petit écran. Le samedi entre 21 heures et 22 heures, la télévision est regardée par un tiers des cadres et professions libérales, contre la moitié des ouvriers.

Chez les cadres, les moments passés devant la télévision sont considérés comme moins agréables que ceux passés lors du sommeil ou du repas, alors que les ouvriers classent ces trois types d’activités à des niveaux quasi-similaires. Un quart des journées des cadres et professions libérales ne contiennent pas d’instant télévisuel, contre une journée sur sept en moyenne sur l’ensemble des sondés.

*Insee Première, « Plus souvent seul devant son écran », N°1437, mars 2013.

Publié dansActualité socialeConférences & documentsCorpusRéférencesSociété