Entreprises

Comment ce bar à cocktails parisien s’est reconverti dans le café à emporter (et va le pérenniser)

2 min. de lecture
Alexis Soucarrat - Bisou

A Paris, le bar à cocktails Bisou propose tout au long de la journée une belle offre de cafés, de pâtisseries et de sandwichs. Une formule amenée à se pérenniser lors de la réouverture.

A défaut de pouvoir prendre un cocktail chez Divine (10ème arrondissement), Bisou, l’autre établissement de Nicolas Munoz, a rouvert. En bonne place sur le boulevard du Temple, dans le 3ème arrondissement de Paris, ce bar à cocktails a repris mi-mars en vente à emporter, autour d’un nouveau concept : dès 8h30 (9h30 le week-end), l’équipe est sur le pont pour proposer cafés et pâtisseries tout au long de la journée, jusqu’au couvre-feu. “Nous y pensions depuis un an et demi. L’idée est de créer un lieu de vie la journée, avant d’amener progressivement les clients sur le cocktail le soir. Nous comptons pérenniser cette formule lors de la réouverture complète, en embauchant”, indique Alexis Soucarrat, bar manager.

Au menu : expresso, café filtre, latte, flat white (très réussi, avec deux shots d’expresso et du lait surmonté de mousse), porn star latte (expresso, sirop d’orgeat, fleur d’oranger, sel de coco et d’avoine), Bisou latte (expresso, chocolat blanc, betterave, eau de rose exprimée), chocolat chaud au lait de coco, chai latte, thé, et produits glacés. Milkshakes, smoothies, jus d’orange journaliers et citronnade accompagnée de fleur d’oranger sont aussi de sortie. Belleville Brûlerie, haut lieu du café à Paris, fournit les ingrédients. Trois laits (vache, coco, avoine) sont disponibles. Cakes (également en version sans gluten) et cookies, fournis par Ten Belles, complètent la carte aux côtés de sandwichs et focaccias.

Un projet mis en place en un mois

“Nous avons mis en place le projet en un mois seulement, indique Alexis Soucarrat. A terme, l’idée est d’éduquer les gens à l’art du café, dans l’esprit de notre démarche sur les cocktails.” La spécificité de Bisou, en service normal, est de ne pas proposer de carte de cocktails, incitant ainsi les clients à engager le dialogue avec les barmans pour obtenir une recette conçue sur-mesure. L’équipe sera formée aux spécificités du café, pour en parler avec la même expertise que pour les spiritueux. Caroline Noirbusson, jusqu’alors chargée de clientèle chez Belleville Brûlerie, accompagne désormais Bisou.

Avant les dernières restrictions, une offre de cocktails à emporter était disponible dans la configuration provisoire du bar, autour de sept recettes prédéfinies. Autre nouveauté, une pompe à bière pression avait été louée. Lorsque la vie reprendra son plein, c’est de 8h30 à 2 heures qu’il sera possible de passer une tête chez Bisou. Loin de la traditionnelle ouverture qui s’effectuait seulement à l’heure de l’afterwork.

Interview et photos en date du 31 mars.

2317 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesServices

“Il est plus simple de gérer des hôtels que seulement des bars”, affirment les dirigeants d'Experimental Group

En levant 380 millions d’euros, Experimental Group affirme sa mue vers le métier d’hôtelier, dans un contexte de tensions sur le personnel. Entretien avec Olivier Bon et Pierre-Charles Cros.
Entreprises

A Paris, le Bar 1802 repense ses cocktails avec les nouveaux rhums Eminente

L’hôtel Monte Cristo, à Paris, accueille l’univers des rhums Eminente. Une carte de cocktails accompagne l’événement, au Bar 1802.
Entreprises

La Brasserie Fondamentale développe ses bars à Paris

LBF compte désormais un bar à Bordeaux et, bientôt, trois établissements à Paris, pour mieux faire connaître ses bières. Un concept de…

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter