Économie

Cognac et bartenders, une association qui perdure malgré la crise

1 min de lecture
Elliott Roule - Le Syndicat

Les différentes phases de restrictions n’ont pas entamé, en 2020-2021, la volonté des professionnels du cognac à rester en lien avec les bartenders, affirment-ils.

En plein cœur de la Cocktail Street, la section consacrée aux cocktails du Whisky Live Paris, le Bureau national interprofessionnel du cognac (BNIC) a tenu salon, en septembre dernier, avec l’appui du Syndicat. “On a une relation forte avec ce bar à cocktails parisien, qui met en avant les spiritueux français”, commentait alors David Boileau, ambassadeur du cognac. L’appellation (78 000 hectares de vignes, 4300 viticulteurs, 120 bouilleurs de profession, 280 négociants) a déployé à l’automne 2021 une campagne de communication destinée à mettre en valeur le savoir-faire de ses équipes, et s’est attachée à conserver ses liens, malgré la crise, avec les barmans.

“Il fallait soutenir la profession. Nous avons réalisé des masterclasses en ligne, avant de les reprendre physiquement, et envoyé des échantillons”, précisait David Boileau. Après le premier confinement, les ventes ont repris “assez rapidement”, et les commerciaux ont continué à travailler. L’interprofession travaille sur une plateforme d’e-learning, dont le projet a été accéléré sous l’effet de la crise, pour continuer à faire connaître ses spécificités et pouvoir former les barmans et autres populations concernées par le cognac. Depuis fin 2010, le BNIC dispose déjà d’un programme Cognac educator, destiné à labelliser des prescripteurs.

Des idées de cocktails

“Il faut être malin avec la trésorerie”, reconnaissait David Boileau face au peu de renouvellement des stocks dans les bars lorsqu’ils ont rouvert. Cette phase passée, les maisons de cognac “ont repris leurs initiatives en direction des bars”. Preuve que le cognac est très divers dans ses expressions, plusieurs cocktails ont été mis en avant il y a quelques mois, dont le Earthy Chic, carbonaté (cognac, betterave, raisin, CO2), le Go Nuts (cognac, sirop de pécan et peau de banane, bitter), et le Milky Way (milk punch, cognac, lait d’amande, épices douces, verjus, mousse de champignons de Paris). Aux manettes, Elliott Roule (photo), chef de bar événementiel pour le Syndicat.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

A lire également
Entreprises

Cognac, liqueur, champagne, café : quatre pop-up pour rapprocher les marques et leurs consommateurs

En novembre, Martell, St-Germain, Ruinart et Lavazza ont imaginé plusieurs expériences, à Paris, pour s’adresser directement aux consommateurs, avec des concepts très différents.
Entreprises

La distillerie parisienne Baccae éveille l'intérêt du public sur l'élaboration du gin

A Paris, les ateliers de création d’un gin de la distillerie Baccae, qui fête ses cinq ans, remportent un franc succès. Les…
Économie

Grand classique des cocktails, l'old fashioned revient en avant

La marque de whiskey Woodford Reserve s’appuie sur l’old fashioned pour son développement dans les bars à cocktails. Exemple au Jefrey’s, à Paris.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter