ÉconomieEntreprisesIndustrie

Coconino, une nouvelle marque de bière artisanale à Paris

2 min. de lecture
Charles Ayache et Hugo Lafitte, fondateurs de Coconino

Amis et brasseurs, Charles Ayache et Hugo Lafitte ont lancé fin mai à Paris la marque Coconino. Pour développer leurs bières sur la scène craft, ils misent sur la qualité.

Une nouvelle marque de bières voit le jour à Paris ! Lancée le 28 mai dernier à l’occasion de la Paris Beer Week, la semaine parisienne dédiée à la bière artisanale, Coconino « compte s’inscrire pleinement dans la craft révolution, en faisant découvrir de nouvelles saveurs et participer à ce mouvement en plein essor », indique à Business & Marchés Charles Ayache. Co-fondateur de Coconino, en poste depuis dix ans dans une régie digitale, il s’est lancé dans l’aventure avec Hugo Lafitte, intermittent du spectacle.

Le slogan de Coconino, « Friends & Brewers », caractérise cette relation. « On brasse ensemble depuis plusieurs années, et nous apprécions fortement l’idée de lancer un nouveau projet. Nous souhaitions également nous affranchir des bières industrielles. J’ai découvert la craft beer aux Etats-Unis, puis nous avons acheté du matériel, en 2011. Au fil des expériences de brassage, dans la petite salle que nous avons créée, nous avons souhaité apporter notre patte à la scène craft, que l’on suit de près. Dans le cadre de nos brassages amateurs (20 litres), nous avons été jusqu’à créer une marque, des étiquettes… 6 mois nous ont donc suffi pour lancer de manière effective notre activité », explique Charles Ayache.

Une brasserie itinérante

Coconino se lance avec une gamme de deux bières, l’Hoppy Pale Ale et la Moonlight Black Ale. La première propose des notes de fruits exotiques tandis que la seconde offre des notes de cacao, d’agrumes et de malts torréfiés. Elles ont été conçues par le duo à Paris, et brassées à la Brasserie Corrézienne, située à Curemonte. « Nous avons commencé par un brassin (700 litres) de chaque bière, à hauteur de 70% en bouteilles et de 30% en fûts. Lorsque les recettes ont été validées, nous nous sommes déplacés pour le brassage, mais nous ne souhaitons pas en rester à ce stade : l’objectif est aussi de développer des collaborations entre brasseries, au rythme des rencontres et des contacts », complète Charles Ayache. Des tests ont auparavant été menés auprès de caves spécialisées et de bars. « Nous misons sur le contact, le partage et la créativité. »

Pour passer d’une activité amateur à une activité professionnelle, Charles Ayache et Hugo Lafitte ont effectué une levée de fonds auprès de leurs proches (love money), tout en conservant leurs emplois respectifs. « Pour l’instant, en phase de lancement, il n’est pas envisageable de se développer davantage en termes d’effectifs. Nous sommes pragmatiques, en travaillant sur Coconino le soir, le week-end et durant nos congés. Jusqu’à un certain volume, cela ne devrait pas poser de problèmes », précise Charles Ayache.

Les deux associés distribuent leurs bières par l’intermédiaire de revendeurs (une quinzaine de points de vente à Paris), avec qui ils peuvent renforcer leurs liens lors des livraisons, et au moyen de leur site internet. Dans les mois à venir, l’élargissement de ce réseau et l’extension de la gamme constituent leurs priorités.

2241 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Économie

Avant-première : la brasserie britannique Beavertown revient en France

Accompagnée par PWP, la brasserie londonienne Beavertown réinvestit les bars, caves et magasins français, en commençant par Paris. Quatre références sont lancées en juin.
Entreprises

A Paris, les bonnes recettes d'Istr pour vous faire aimer les huîtres

Burger à l’huître, happy hours autour des huîtres, bar à cocktails : le restaurant parisien Istr fait doucement évoluer son concept pour mettre en avant ses mets favoris.
EntreprisesIndustrie

Aux Sables d'Olonne, la brasserie bio Opé se développe malgré la crise

Avec sa large gamme de bières bio et un réseau de revendeurs qui se développe, la brasserie Opé, qui a lancé ses premières références il y a deux ans aux Sables d’Olonne (Vendée), poursuit son chemin.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter