Aller au contenu

Bec Cola, le soda au sirop d’érable, à l’assaut des linéaires français

Soda biologique au sirop d’érable crée au Québec, Bec Cola s’apprête à investir les linéaires français. Offrant une alternative au sirop de glucose, il mise également sur ses origines canadiennes qui séduisent les chalands.

Créée en 2011 à Montréal (Québec) – les premières bouteilles ont été commercialisées en 2014 – Bec Cola fabrique un soda au sirop d’érable, à base d’ingrédients biologiques. Après des tests concluants sur les marchés de Noel, l’entreprise s’apprête à lancer ses produits en France au moyen d’un nouveau partenariat. Olivier Dionne, fondateur et associé de Bec Cola avec Kevin et Gwendal Creurer, répond aux questions de Business & Marchés.

Quel constat vous a incité à créer Bec Cola?

Olivier Dionne — Nous avons constaté que l’ensemble des sodas présents sur le marché contenaient de nombreux ingrédients nocifs pour la santé. Nous avons voulu faire la différence en créant une alternative biologique. Bec Cola est moins sucré que les sodas génériques, utilise du sirop d’érable, est sans caféine ni acide phosphorique.

Comment incluez-vous le sirop d’érable dans votre recette?

Le sirop d’érable est le premier ingrédient utilisé après l’eau dans notre soda. Bec Cola reste une boisson sucrée et ne s’en cache pas. C’est donc avec une volonté de remplacer le sucre de glucose, utilisé dans les dans les sodas génériques, par un meilleur sucre, que nous avons choisi le sirop d’érable, cet « Or du Québec » aux multiples vertus.

Quels sont les retours d’expérience dont vous disposez au Québec?

Nos premières bouteilles sont sorties en août 2014 et, à vrai dire, nous avons été entrainés dans une aventure incroyable. Venus d’univers différents, nous nous sommes entourés de gens passionnés pour nous apprendre ce métier. Nous sommes passés par beaucoup d’étapes: développement, production, mise en marché, marketing, dégustations… Nous sommes fiers de rassembler autour de ce produit des acteurs différents tels que: les amoureux du terroir, les passionnés d’érable, les restaurateurs, les épiciers, les cuisiniers ou encore les foodies qui partagent ce même enthousiasme pour les produits de meilleure qualité.

Comment abordez-vous le marché français?

Chaque marché est différent et nous avons dû apprendre avant de se lancer pleinement dans le marché francais. Depuis le lancement de notre produit, notre cola est disponible dans les marchés de Noël à travers la France, la Belgique ainsi que la Suisse, et également sur le Web. Le retour a été très bon et, au vu de la demande, nous avons décidé de proposer le produit dans le réseau biologique dans toute la France. Un nouveau partenariat nous permettra d’être distribué très bientôt dans près de 800 points de vente à travers la France (Bio Coop, La vie claire, etc.)

De quelle manière souhaitez-vous faire connaître la marque?

Grâce à notre partenariat avec Tourisme Montréal et la Chambre de commerce de Montréal, nous avons pu participer au fameux salon Omnivore à Paris, début mars. Nous avons été, une fois de plus, très agréablement surpris: les mots « Québec » et « sirop d’érable » ont fait pétiller les yeux des visiteurs français!

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie