Aller au contenu

Avec son cidre houblonné Hartz, Topa accélère son développement

Le cidre Topa, produit dans les Pyrénées-Atlantiques, se double de collaborations éphémères. Dernière en date, Hartz, un cidre travaillé avec du houblon.

Depuis sa création en 2016, Topa a bien grandi. L’entreprise, dont le premier cidre a été mis sur le marché en 2017, vient de lancer « Hartz » (ours, en basque). Ce cidre présente la caractéristique d’être houblonné, en partenariat avec la brasserie artisanale La Superbe, basée à Anglet (Pyrénées-Atlantiques). Après un premier test en 2018, environ 6000 bouteilles de ce produit travaillé en dry hopping ont de nouveau été produites, disponibles auprès d’une sélection de clients.

Hartz (7,8%) est élaboré à base de moût de pommes fraîches du Pays Basque, avec un ajout de houblons Nelson Sauvin (Nouvelle-Zélande). Un an d’élaboration a été nécessaire afin de parvenir à concilier l’acidité de la pomme et l’amertume du houblon. « Nous avons utilisé la même technique de brassage que la bière, en utilisant notre moût à la place des principaux ingrédients, comme le malt », précise Grégoire Tulasne, cofondateur de Topa avec Pascal Moret.

Un cidre dans la lignée des bières IPA

A Bidart (Pyrénées-Atlantiques), l’équipe de Topa, actuellement composée de trois personnes, gère « une très forte croissance, à trois chiffres, avec un positionnement de cidre artisanal de qualité et haut-de-gamme », selon Grégoire Tulasne. Hartz, qui se rapproche de l’esprit des IPA, vise aussi à faire connaître son cidre brut, élaboré à partir de douze variétés de pommes du Pays basque, aux arômes d’agrumes. Hartz, lui, se distingue par  » une robe d’un joli jaune trouble et laisse s’échapper du verre des arômes fruités et acidulés ».

Topa compte sur plusieurs distributeurs, selon les régions. L’entreprise souhaite accélérer son développement, en misant sur la recherche de produits craft de la part des consommateurs.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Publié dansEconomieEntreprises

Commentez cet article sur nos réseaux sociaux