EntreprisesIndustrie

Avec une boutique à Paris, Ricola développe son univers de marque

2 min de lecture

Pour la première fois, Ricola s’implante dans sa propre boutique, dans le Marais, à Paris. Un moyen pour la marque suisse de s’adresser directement à ses consommateurs.

Avec un taux de notoriété qui dépasse les 90%, plus besoin de présenter Ricola aux consommateurs français. Le pays est le deuxième marché mondial de la marque, en volume, derrière les Etats-Unis. Un succès qui a incité l’équipe française a ouvrir fin novembre la première boutique Ricola au monde, rue Pavée, dans le 4ème arrondissement de Paris, pour une période de six mois reconductibles. Une boutique entièrement dédiée à ce fleuron de l’industrie agroalimentaire (7 milliards de bonbons fabriqués chaque année, dont 15% consommés en France), créé en 1930 en Suisse, à Laufen, où est toujours basé le siège. 430 personnes, sur les 500 environ que compte Ricola, travaillent dans le pays.

Ricola, pour Richterich Compagnie Laufen (le fondateur de la confiserie, Emil Richterich, a trouvé cette astuce en 1948 pour se différencier d’une deuxième entreprise du même nom), travaille avec des producteurs basés dans les Alpes suisses. Les plantes sont issues de l’agriculture biologique. Autant d’éléments que souhaite faire découvrir la marque, convaincue par le succès, en 2018 et en 2019, de pop-up stores éphémères. Des ateliers herbiers ou bonbons sur mesure sont également prévus dans la boutique, dont l’idée remonte à l’an dernier.

Des produits en vrac

Boîtes en métal - Boutique Ricola (Paris, Le Marais)

Plusieurs boîtes en édition limitée sont disponibles.

Bar à infusions bio - Boutique Ricola (Paris, Le Marais)

Des plantes sont pour la première fois vendues au format brut au grand public.

Pour la première fois, Ricola profite de pouvoir s’adresser directement aux consommateurs en vendant ses célèbres bonbons en vrac (4 euros les 100 grammes, avec de belles boîtes métalliques en option, conçues pour l’événement), mais aussi des plantes. Mélisse citronnée, thym, sauge, menthe poivrée et verveine peuvent ainsi être directement achetés, au prix de 12 euros les 100g. “Il fallait faire connaître nos plantes et nos contrats de long terme avec les agriculteurs”, indique Alexandre Krouglikoff, directeur marketing France et Benelux. Activ’Air, une gamme lancée fin 2020, aux notes mentholées plus fortes pour offrir une “sensation de respiration libérée”, est également mise à l’honneur.

Plus discrètement, Ricola vient d’achever le passage en stevia de sa gamme de bonbons sans sucres. Des références de bonbons en boîtes (l’un des autres best-sellers de la marque) à la sève de pin et au mélange citron vert-thé vert (13 plantes et extrait de thé vert) ont également été introduites ces deux dernières années. Un mur entier est dédié aux boîtes de bonbons à glisser dans sa poche, tandis que les “Infuselles”, des granulés pour infusions, occupent une place plus restreinte. Les prix restent, ici aussi, contenus : 2 euros la boîte de bonbons et 3,50 euros la boîte de granulés, en-deçà des prix de certaines enseignes de la grande distribution.

T-shirts - Boutique Ricola (Paris, Le Marais)

Des t-shirts ont été dessinés pour l’occasion.

“Les grandes et moyennes surfaces restent notre circuit principal, ainsi que le circuit de la restauration hors-foyer. On peut, à la boutique, davantage s’immerger dans l’univers de la marque”, poursuit Alexandre Krouglikoff. Des t-shirts à l’effigie de Ricola ont été créés en collaboration avec l’atelier marseillais La French Pique. Pour que l’expérience soit vraiment complète, que les aficionados de la saga publicitaire de la marque se rassurent : un bouton est disposé afin de faire retentir le célèbre jingle.

2495 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

Cognac, liqueur, champagne, café : quatre pop-up pour rapprocher les marques et leurs consommateurs

En novembre, Martell, St-Germain, Ruinart et Lavazza ont imaginé plusieurs expériences, à Paris, pour s’adresser directement aux consommateurs, avec des concepts très différents.
EntreprisesServices

Les smash burgers de Junk passent de la livraison au vrai point de vente, à Paris

Le groupe In My Belly conçoit des plats pensés pour la livraison et la vente à emporter. Sa marque Junk, dédiée aux smash burgers, s’essaie au take away physique, à Paris.
Entreprises

La distillerie parisienne Baccae éveille l'intérêt du public sur l'élaboration du gin

A Paris, les ateliers de création d’un gin de la distillerie Baccae, qui fête ses cinq ans, remportent un franc succès. Les…

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

1 commentaire

Les commentaires sont fermés, mais vous pouvez nous contacter par mail depuis notre page A propos.