Entreprises

Aux deux canelés convertit les Parisiens aux subtilités de cette pâtisserie

2 min. de lecture
Aux deux canelés

Qu’elles soient sucrées ou salées, les pâtisseries d’Aux deux canelés ne passent pas inaperçues. Pour les fêtes, la boutique située rue de la Verrerie, dans le 4ème arrondissement de Paris, lance un sapin composé de 24 cannelés garnis (façon Mont Blanc, chocolat-noisette et enrobage chocolat noir). Une création destinée à satisfaire le plus grand nombre et à faire découvrir plus largement la gamme de l’entreprise créée en 2017 par Aude Langlais et Aude Prudhomme qui, après avoir travaillé dans la finance et l’industrie et s’être rencontrées à Ushuaia lors d’un tour du monde, ont décidé de se reconvertir. Elles nous en disent plus sur leur activité.

En trois ans, comment a évolué l’intérêt de vos clients pour les canelés ?

L’intérêt des clients pour nos canelés n’a cessé de croître depuis notre ouverture. Les touristes étaient au rendez vous notamment les asiatiques qui nous faisaient bénéficier d’un très bon bouche à oreille. Les événements se sont également multipliés et la curiosité des clients également. C’est ainsi que nous avons été contacté par La Grande Epicerie, les Galeries Lafayette et le Printemps Haussmann pour des pop-up stores.

Comment avez-vous développé votre gamme salée, et quelles sont les recettes les plus plébiscitées ?

Nous avons beaucoup travaillé sur la recette salée afin qu’elle soit aussi craquante que la sucrée. Ce fut long mais nous pouvons désormais affirmer que le croquant et le fondant sont toujours aussi présents. Nous retirons la partie sucrée et ajoutons des oignons caramélisés afin de donner plus de goût à la pâte. Nos recettes changent régulièrement en fonction des saisons et des événements. Les plus plébiscitées sont le roquefort/noix/pommes et le saumon ail et fines herbes.

De quelle manière sélectionnez-vous les ingrédients pour l’élaboration des canelés ?

Nous tentons de sourcer au mieux nos fournisseurs en privilégiant les plus proches géographiquement, l’agriculture raisonnée et le bio. Sur notre site internet, les ingrédients de chaque produit sont listés ainsi que leurs origines. 80% de nos produits sont français mais certains produits indispensables comme le rhum ou la vanille ne peuvent l’être.

Quels retours avez-vous sur l’e-commerce dans la période actuelle ?

Nous avons eu une très forte augmentation de l’activité de notre site e-commerce lors du premier confinement mais tout s’est arrêté à la fin du confinement. Lors de ce deuxième confinement, la même tendance a été observée et nous ne savons si elle va perdurer. Par contre, nous avons remarqué que faire des promotions sur le site internet est beaucoup plus efficace qu’en boutique. Notre stratégie de communication a donc évoluée avec de nombreuses occasions de partages et de concours sur les réseaux sociaux.

A lire également
ÉconomieEntreprises

Au Hard Rock Cafe Paris, des clients heureux de revenir et un nouveau merchandising

Installé sur les Grands boulevards, le Hard Rock Cafe Paris traverse l’été avec une carte réduite, mais table sur ses classiques et les cinquante ans de la marque pour animer le restaurant et sa boutique.
Entreprises

Pour l'été, le bar à cocktails parisien Le Syndicat revisite ses recettes dans la continuité

Depuis l’automne, Le Syndicat s’est doté d’une carte de cocktails fixes, dont les ingrédients se renouvellent à chaque saison. Focus sur l’offre…
ÉconomieEntreprises

“Etre glacier, c'est exercer un métier difficile, exigeant, mais de passion”, rappelle David Wesmaël

A Lezennes (Nord) ou à Paris, David Wesmaël, meilleur ouvrier de France glacier et champion du monde de pâtisserie s’efforce de repenser l’expérience de la glace, avec La Glacerie Paris.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

1 commentaire

Réagissez par e-mail ou sur nos réseaux sociaux.