ÉconomieEntreprisesServices

Ambassabuzz veut relier les marques aux influenceurs

2 min. de lecture

Entretien avec Anne-Cécile Cojean, CEO et co-fondatrice de l’agence Web Ambassabuzz.

IMG_3580

Suivre l’actualité des blogs, s’appuyer sur un réseau d’internautes pour lancer un produit… Les usages de la plateforme Web Ambassabuzz, lancée en décembre 2013 par l’agence éponyme, sont multiples. Plusieurs acteurs, parmi lesquels EBuzzing, évoluent sur ce marché de la mise en relation entre les marques et les blogueurs. Anne-Cécile Cojean, CEO et co-fondatrice d’Ambassabuzz, nous présente les spécificités de son site.

Quel constat vous a incité à créer Ambasssabuzz ?

Le blogueur est de plus en plus influent. Il peut faire et défaire une réputation, contribuer au lancement ou à l’échec d’un produit. Il est devenu ces dernières années le « RP » (relations presse) digital des marques. Hier spectateur, aujourd’hui média, il s’impose dans une relation entre les marques et les consommateurs tel un réel leader d’opinion.

Il est impossible pour les marques de ne pas prendre en compte ces nouveaux influenceurs dans leurs stratégies digitales. Mais encore faut-il trouver ceux dont l’audience est significative et les centres d’intérêts convergents pour en faire de véritables ambassadeurs. Comment réduire le temps passé sur ce levier et en maximiser les résultats ? Pour les blogueurs, la relation est également complexe : comment entrer en contact avec les marques qu’ils affectionnent ?

Comment vous différenciez-vous par rapport aux entreprises déjà présentes sur le créneau de la mise en relation avec des blogueurs ou des influenceurs ?

Ambassabuzz est un outil innovant permettant une mise en relation directe entre des marques, des blogueurs, mais aussi des curieux.  En résumé, le site est une sorte de place de marché dédiée à l’influence. La plateforme propose une mise en relation facilitée mais aussi une catégorisation des blogueurs via notamment un algorithme d’influence développé en propre.

La relation est désormais directe et transversale, chaque acteur pouvant manifester un intérêt à l’autre. Les blogueurs ne sont plus passifs, ils deviennent acteurs de leurs échanges avec les marques. L’outil ne remplace pas le contact mais permet plus de ciblage et d’optimisation ainsi qu’un gain de temps pour nos utilisateurs, classés par profils (curieux, blogs et marques).

Quels sont vos objectifs de développement ?

A date, nous comptabilisons 2000 « curieux » et blogueurs et plus de 40 marques inscrites. La plateforme séduit, tant des clients grands comptes que des créateurs en quête de notoriété. Les profils inscrits sont éclectiques et variés. Nous prévoyons un développement rapide d’abord en France puis à l’étranger à partir de 2015.  Nos objectifs de développement sont avant tout qualitatifs. Nous souhaitons en effet satisfaire nos clients et nous sommes à l’écoute de leurs demandes.

Retrouvez chaque mois sur Business & Marchés le portrait d’une start-up. Pour participer à cette chronique, contactez-nous !

2182 articles

A propos de l'auteur
Journaliste, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Tendances: avec ces marques, être à la mode, c’est le pied !

La Paris Fashion Week femme aurait dû se dérouler avec ses habituels défilés sur site. Il faudra de nouveau se convertir à une formule largement numérique. Un contexte qui ne décourage pas les créateurs de ces marques, spécialisées dans la chaussure et la chaussette.
ÉconomieEntreprisesIndustrie

“Le Made in France ne suffit pas à faire vendre un produit”, rappelle Tiphaine Chouillet (La Racine)

Entreprises françaises patrimoniales ou sociétés en transition vers le made in France, tels sont les profils de structures qu’accompagne La Racine. Créé en 2015, ce cabinet de conseil intervient sur l’ensemble de la chaîne de la valeur.
EntreprisesServices

Supli lève 2 millions d'euros pour connecter plus de grossistes aux pros des métiers de bouche

A trois ans, la start-up Supli accélère. Une levée de fonds de 2 millions d’euros doit lui permettre de développer son service…

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire