Actualité socialeConférences & documentsCorpusSociété

Alimentation : des dîners plus tardifs et des jeunes moins assidus

2 min. de lecture

Le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner marquent fortement l’emploi du temps des Français, dont les habitudes alimentaires évoluent peu.

Occupant chaque jour 2h22 en moyenne dans les emplois du temps des Français – un chiffre en progression – l’alimentation connaît, dans sa pratique, quelques évolutions, décrites par l’Insee dans une récente publication*. Si les trois repas classiques (petit-déjeuner, déjeuner, dîner) demeurent des points forts, leur prise s’effectue de manière différente qu’en 1986 ou qu’en 1999, dates des précédentes enquêtes.

En 2010, le dîner s’effectue de manière plus tardive qu’en 1999, aux alentours de 20h15 selon l’enquête. Cette donnée peut notamment être mise en parallèle avec la décision de France Télévisions de repousser le début de ses premières parties de soirées, trois ans après les avoir avancées, réforme oblige, à 20h35. L’étude met en exergue l’impact du petit écran sur ce repas : une personne sur quatre déjeune devant la télévision (contre une sur cinq le midi et une sur dix le matin, où la radio prime dans les habitudes). Plus le niveau de vie baisse, plus les Français mangent devant la télévision. Le poids des écrans, facteurs de sédentarité, dans le risque d’obésité est par ailleurs souligné par les auteurs de l’étude.

Le grignotage constitue, pour sa part, une habitude principalement ancrée chez les 18-24 ans. Au fur et à mesure de leur vieillissement, les Français mangent de moins en moins entre les repas. Les ouvriers et les employés sont par ailleurs davantage concernés que les cadres. Au cours des repas définis, le petit-déjeuner est celui qui compte le plus de personnes déclarant le prendre de manière solitaire (49% des Français), le dîner constituant le moment le plus rassembleur (19% des Français déclarent manger seuls lors de ce repas). Les 18-24 ans sont les plus prompts à manquer le petit-déjeuner.

Enfin, l’alimentation hors-domicile diminue avec l’âge : les 18-24 ans consacrent en moyenne 42 minutes par jour à se nourrir en dehors de leur lieu d’habitation et de celui de leur travail. Le temps passé à faire la cuisine se réduit par ailleurs : il est passé de 1h11 à 53 minutes en moyenne entre 1986 et 2010. Des chiffres dont les professionnels vont sans doute s’emparer pour adapter leurs offres…

*Insee Première N°1417, 12 octobre 2012. Enquête réalisée par l’Insee entre septembre 2009 et septembre 2010 auprès de 15.046 personnes en métropole.

2215 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesIndustrie

“Le Made in France ne suffit pas à faire vendre un produit”, rappelle Tiphaine Chouillet (La Racine)

Entreprises françaises patrimoniales ou sociétés en transition vers le made in France, tels sont les profils de structures qu’accompagne La Racine. Créé en 2015, ce cabinet de conseil intervient sur l’ensemble de la chaîne de la valeur.
ÉconomieSociété

Christophe Pradère: “la consommation n'est pas immorale, il faut l'aider à devenir plus vertueuse”

Christophe Pradère, CEO de BETC Design, revient sur les enjeux portés par le packaging en vue de la reprise, notamment dans l’univers F&B.
ÉconomieEntreprisesSociété

Covid-19: la livraison, le drive, les surgelés, et l'épicerie plébiscités… mais pas les alcools

Les consommateurs, dont les déplacements sont contraints face à l’épidémie de coronavirus, se portent vers les petites surfaces, la livraison, et achètent…

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

Laisser un commentaire