Aller au contenu

5 défis à relever pour le père Noël en 2016

Mis à jour le 19 décembre 2016

Population, logistique, sécurité, e-commerce, popularité : le père Noël doit relever 5 défis pour garantir le succès de son entreprise en 2016.

  1. S’adapter à l’évolution de la population

Le père Noël doit modifier son organisation. Entre 2000 et 2015, les moins de 15 ans sont passés de 37% à 26% du total de la population mondiale. La carte publiée par la Banque mondiale le prouve par ailleurs : le père Noël doit accorder une importance particulière à l’Afrique. Le Niger, l’Ouganda et le Tchad constituent les pays dont la part des moins de 15 ans dans la population totale est la plus forte. En France, la population de moins de 15 ans s’élevait en 2015 à 12,3 millions d’habitants, d’après les données de l’Insee, sur un total de 66,3 millions. Le chiffre est resté stable ces dernières années.

  1. Renforcer son infrastructure logistique

Le père Noël est donc sommé d’adapter ses forces logistiques, mais aussi, pour sa filiale française, de garantir un approvisionnement sans failles, entre les risques liés à de mauvaises conditions climatiques (comme en 2010) ou à des restrictions de circulation dues aux différents pics de pollution récemment constatés à Paris ou à Grenoble. Dans les magasins, les équipes s’affairent tous les jours. Il y a deux ans, Business & Marchés présentait ainsi les coulisses de l’organisation du distributeur de jeux vidéo Micromania, qui réalise 25% de son chiffre d’affaires annuel sur le seul mois de décembre. 600 personnes en contrat à durée déterminée ont rejoint l’entreprise.

  1. Intégrer les enjeux liés à la sécurité

Contexte de vigilance renforcée oblige, le père Noël devra, s’il souhaite effectuer ses emplettes en magasin, se prêter aux contrôles accrus de sécurité. D’après un sondage réalisé par Odoxa, 71% des Français craignent un attentat durant les fêtes. La plupart des centres commerciaux ont renforcé leurs effectifs de sécurité afin de faire face à la hausse de la fréquentation, aussi bien pour réaliser des inspections de sacs à l’entrée que pour surveiller les chalands. Côté armée, 7000 militaires sont engagés dans l’opération Sentinelle, tandis que l’état d’urgence a été prolongé jusqu’au 15 juillet.

  1. S’approvisionner en toute confiance sur le Web

Il y a par ailleurs de fortes chances que le père Noël réalise tout ou partie de ses achats sur le Web. Selon un sondage Médiamétrie/Netratings, 32 millions d’internautes envisageaient, en novembre dernier, d’effectuer leurs achats sur internet, soit 2 millions de personnes de plus sur l’année. Les cyber-commerçants se doivent de faciliter la tâche du père Noël, estime la directrice marketing de Bazaarvoice, Prelini Udayan-Chiechi : «il est essentiel que tous les avis clients, positifs ou non, soient affichés sur le site internet pour faciliter la vie du cyber-client et lui permettre de réaliser ses achats en toute confiance».

  1. Entretenir sa popularité

Pour se faire désirer, le père Noël a, enfin, mis tous les moyens de son côté pour entretenir sa popularité. A Disneyland Paris, un sapin haut de 24 mètres et garni de près de 1000 décorations est visible dès l’entrée du parc. Comme chaque année, il a aussi passé un partenariat avec Google, qui permet aux internautes de le géolocaliser en temps réel. Il a également tenu à rappeler qu’il n’était pas le fruit d’une invention marketing de Coca Cola…et se prépare déjà pour sa plus longue journée de travail de l’année.

Publié dansEconomieManagement