EntreprisesIndustrie

Snacking: le conditionnement comme moyen d’innovation

2 min. de lecture

Au-delà de l’innovation sur les recettes, le conditionnement constitue un critère de différenciation majeur pour les professionnels du snacking. Alors que le Sandwich & Snack show vient de refermer ses portes, Business et Marchés propose une sélection de produits repérés sur le salon.

En box

Les « box » seront résolument les stars de l’année au rayon snack et sandwichs. Le concept, initié en 2009 par le biais des Pastabox (50% du marché) de Sodebo, s’est développé à toute vitesse avec l’engouffrement de la quasi-totalité des acteurs de l’agroalimentaire. La base – pâtes (78% des ventes) ou riz – reste commune à la plupart des références proposées, le reste des ingrédients pouvant varier. Afin de maintenir son leadership, l’industriel vendéen lance une gamme de six Wok in Box, déclinant des recettes inspirées d’Asie sous forme de boîtes micro-ondables. Lustucru compte également miser sur ce segment sous sa marque ombrelle Lunchbox.

De nouveaux acteurs sur ce marché, tels Sauces et créations, s’emparent du terme « box » pour proposer de nouvelles offres sur le marché de la consommation nomade. Avec sa Dwich box, commercialisée ce jeudi, l’entrepise souhaite étendre le principe du tartinage à l’ensemble de la journée: une boite d’ingrédients prêts à tartiner ainsi que deux paquets de six toasts légèrement grillés seront proposés sous forme de kit, accompagnés de leur couteau-cuillère spécifique.

Daucy mise pour sa part sur sa notoriété dans les légumes pour proposer une gamme de timbales prêtes à réchauffer, dans un conditionnement plus robuste. L’utilisation adaptée à une consommation rapide – deux minutes au micro-ondes et un petit format – reste similaire aux « box ».

En bâtonnets

De nouveaux formats permettent de passer, à l’instar de la Dwich box, d’une consommation exclusivement individuelle à un partage des produits. Les pains à dipper, proposés par Pain Concept, s’inscrivent dans cette tendance, l’innovation résidant dans la composition des bâtonnets (50 mm) de pain, à mi-chemin entre le pain de mie et le toast. Suffisamment durs pour pouvoir être trempés dans une sauce, mais mous pour une consommation plus facile, ils seront prochainement proposés au grand public.

En barres

Prochainement proposées à la vente, les barres SoyJoy (Nutrition & Santé) allient du soja et des fruits dans un conditionnement original. Lancée au Japon en 2006 – 100 millions d’unités y ont été vendues en 2009 – la gamme se décline en sept versions. En adoptant un positionnement « premium », les produits étant notamment vendus au Bon Marché, Nutrition et Santé, numéro 1 européen du marché de la diététique (Gerblé, Gerlinea…), compte partir à la conquête de nouveaux consommateurs avec un discours davantage axé sur le plaisir.

En parts

Enfin, Sodebo cible résolument les jeunes consommateurs accros à leur écran d’ordinateur au moyen de sa nouvelle Pizza Giant. Les parts généreuses (200g) se réchauffent en moins de deux minutes au micro-ondes, et réinscrivent la pizza dans une logique de dégustation rapide. Les codes graphiques, basés sur une typographie moderne et des couleurs claires – à l’opposé du reste des références, traditionnellement axées sur le rouge et le vert – confirment la volonté de concurrencer les sandwichs avec une offre inédite.

2317 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesFocusServices

A Villiers-sur-Marne, les astuces de David Morin pour développer son activité de caviste

A Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne), David Morin a engagé le développement de sa cave, il y a trois ans, avec un fort focus sur…
EntreprisesIndustrie

Bière US : comment Colorado Craft Beverage se développe

Avec un portefeuille élargi à des bières plus faciles d’accès comme les Hazy IPA, l’importateur-distributeur Colorado Craft Beverage n’a pas cessé de se développer.
EntreprisesServices

Les restaurants Bioburger veulent porter une transition écologique “simple”

Chez Bioburger, la bio n’est pas ostentatoire. Pas de logos dans tous les sens sur les façades, pas de vecteurs de réassurance à chaque coin de table. Interview avec Anthony Darré.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

1 commentaire

Laisser un commentaire