Aller au contenu

Revue de presse: l’industrie à l’honneur

Mis à jour le 22 novembre 2011

Business & Marchés proposera désormais une veille régulière des dernières parutions de la presse économique et financière. Les entrepreneurs sont, ce mois-ci, à l’honneur.

« L’industrie doit avoir toute sa place dans la campagne électorale. Elle doit attirer les feux de la rampe pour que l’opinion s’en saisisse ». Cet appel lancé dans les colonnes de L’Usine Nouvelle par Louis Gallois s’inscrit dans un contexte particulier pour les firmes du secteur, entre délocalisations et relocalisations, entre taxations supplémentaires et allégements de charges.

Le président exécutif d’EADS prend la tête d’un nouveau think-tank qui, une fois n’est pas coutume, ne sera pas adossé à un mouvement politique: « La Fabrique de l’industrie » sera en effet portée par le Groupe des fédérations industrielles, le Cercle de l’industrie et l’Union des industries et des métiers de le métallurgie. Cette structure, aux effectifs légers, compte devenir un lieu incontournable du débat sur l’industrie, thème qui s’annonce clef dans le cadre des échéances électorales à venir.

La capacité d’innovation des industriels fait par ailleurs partie des enjeux de leur développement. Mais où doivent-ils s’implanter ? L’Entreprise tente de répondre à la question dans son numéro d’octobre, en examinant 113 agglomérations sur de multiples critères, intégrant notamment le nombre de technopôles, celui de pôles de compétitivité, mais aussi la quantité de brevets déposés, d’incubateurs en école, d’étudiants, de formations ou de pépinières par territoire. Lille, Grenoble, Poitiers et Compiègne tirent leur épingle du jeu.

Enfin, Le Point rend cette semaine hommage à un des plus imposants patrons de la high-tech de ces dernières décennies, Steve Jobs. Ses nombreux coups réussis depuis son retour chez Apple en 1997, parmi lesquels l’iPhone ou l’iPad, sont mis en exergue, tandis que sa personnalité fait l’objet d’un approfondissement sous la plume de Guillaume Grallet. Dans un autre registre, Nicolas Baverez propose une tribune sur le « couple » franco-allemand.


En centre de documentation

La poussée, dans l’opinion, d’idées particulièrement entendues à gauche ces derniers temps s’est pour sa part propagée jusqu’aux pages d’Enjeux-Les Echos de septembre dernier. « Le capitalisme peut-il se racheter ? », se demande le mensuel, qui donne la parole à six économistes et chefs d’entreprise. Différents concepts, tels que la « valeur partenariale » théorisée par Michael Porter ou la corporate gouvernance, sont passés au crible sous la houlette de chacun des contributeurs. La place accordée aux actionnaires est également mise en débat dans ce dossier.

Publié dansCorpusRéférences