Aller au contenu

Brooklyn Brewery dynamise sa présence en France

La brasserie américaine Brooklyn Brewery multiplie les nouveautés en France et y développe ses événements pour faire connaître sa gamme, des bières classiques aux plus originales.

Brooklyn Brewery veut aller plus loin en France. La brasserie new-yorkaise, dont les produits sont disponibles chez House of Beer, la filiale de distribution craft beers du groupe Carlsberg, multiplie ses efforts pour faire connaitre ses produits, à l’image du deuxième Broowklyn Brewery Mash, un événement dédié à la bière artisanale organisé dans la capitale. Après une première édition localisée sur plusieurs lieux (un concert, un bar éphémère et une soirée), le 59 Rivoli, une résidence d’artistes à l’ambiance résolument excentrique, a accueilli, les 8 et 9 juin, un festival mettant à l’honneur les références phares de la marque, ainsi que des brasseries invitées.

18920524_10212049080156060_6418658584515686271_n

Vincent de Mestral

59 Rivoli - Paris - Brooklyn Brewery Mash 2017
Dans les coursives du 59 Rivoli, à Paris.

« Nous souhaitions nous amuser avec un lieu convivial, des brasseries parisiennes que l’on aime bien (BapBap, la Brasserie de l’Etre…), et des restaurants qui nous suivent, comme The Beast », indique Trisha Castro, brand ambassador de Brooklyn Brewery en France. Des zones thématiques (The stoop, Tart of the tropics autour des bières fruitées, The forest pour les IPA, The darkness pour les stouts et Anatomy of a beer pour les bières expérimentales) étaient prévues. Pas moins de 21 bières étaient proposées à la dégustation au long de six étages riches en peintres, sculpteurs, fabricants d’objets… qui ont présenté leurs travaux, à l’instar de Vincent de Mestral (photo), qui conçoit des installations hautes en couleur. L’occasion, également, de faire découvrir la marque à un large public : « nous sommes bien installés à Paris, où beaucoup d’Anglo-saxons ont une forte culture de la bière, et nous nous développons en province », ajoute Trisha Castro.

Food pairing - Brooklyn Brewery Mash 2017 - Paris
Un atelier de food pairing peu commun.

Faire découvrir de nouvelles saveurs

« En France, notre Brooklyn Lager (une american amber lager composée de trois malts et cinq houblons, la première référence de la brasserie, ndlr) commence à être très connue et appréciée. Pour les bières un peu différentes, c’est un peu plus difficile, même si on a la chance de pouvoir faire des parallèles avec le monde du vin, à l’instar de notre nouvelle Cloacking Device (10,5%), une bière à la disponibilité très limitée vieillie en barriques de chêne français et refermentée en bouteille avec de la levure de champagne », ajoute Rachael Weseloh, brand ambassador de Brooklyn Brewery pour le Royaume-Uni, qui suit avec attention le développement de la marque outre-Manche. La Black Ops, vieillie en fûts de bourbon, n’échappe pas à la règle. Elle fait aussi partie d’une série de bières éphémères et expérimentales renouvelées tous les trois mois. « Au Royaume-Uni, on ne reçoit que 50 caisses de ces bières, et seulement 25 caisses en France ! »

La Bel Air, succès à l’international

Brooklyn Brewery mise en effet sur l’export pour se développer, et n’hésite pas, régulièrement, à mettre à contribution son maître-brasseur Garrett Oliver, une véritable star dans le secteur, qui s’est rendu à Paris lors de la dernière édition de la Paris Beer Week. « Nous sommes la brasserie américaine qui réalise la plus forte part de ses ventes (50%) à l’export, précise Rachael Weseloh. Nous avons presque 100 bières à notre actif, mais en innovant en permanence. »

Parmi les nouveautés phares de l’année figure la Bel Air, une sour offrant « une émeute de fruits tropicaux », selon la brasserie et qui, au vu du succès rencontré, pourrait être pérennisée toute l’année en 2018, même si la question des capacités doit être résolue. Cette bière, qui se distingue par son étiquette bleue, est disponible en France depuis mars dernier dans une petite sélection d’établissements et d’épiceries fines. En Italie, son brand ambassador, Tommi Locatelli de Maestri, s’appuie quant à lui, comme en France, sur les forces commerciales de Carlsberg depuis 2016. Philadelphie, Göteborg et Boston accueilleront pour leur part les prochaines éditions du Mash.

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie