Aller au contenu

L’Alpe d’Huez fait sa révolution

L’Alpe d’Huez va investir plus de 350 millions d’euros pour refondre ses installations et repenser son urbanisme, afin de monter en gamme et de gagner en confort.

Au cours des cinq prochaines années, l’Alpe d’Huez va investir plus de 350 millions d’euros pour remodeler ses installations. La station compte davantage s’inscrire dans son époque à travers une nouvelle offre immobilière, de nouveaux modes de circulation et des connexions renforcées avec les domaines voisins. Le directeur de l’Office de tourisme de l’Alpe d’Huez, François Badjily, présente ce projet à Business & Marchés.

Un constat

« L’Alpe d’Huez, aujourd’hui, fait partie des sept premières stations françaises. 32000 lits, dont à peine un tiers de lits commercialisables. La société des remontées mécaniques réalise 35 millions d’euros de chiffre d’affaires, et 1 150 000 journées-skieurs. Le maire de l’Alpe d’Huez, Jean-Yves Noyrey, a une vraie vision du développement de sa station. Il faut donner un espace de vie agréable sur l’Alpe d’Huez, et casser l’aspect urbain des années 1960-1970. Le plan local d’urbanisme ayant été accepté, et il peut mettre en place ce projet. » L’ensemble des rues feront l’objet d’une requalification.

Des objectifs

« Le foncier et l’accroissement du chiffre d’affaires permettent de se développer, sachant que la station est en bonne santé. Notre clientèle est internationale à 52%, ce qui permet de lisser les creux de janvier et de mi-février. Cette clientèle va davantage au ski, et attend des prestations de haute qualité. Il faut aussi améliorer le taux d’occupation des appartements : un lit « chaud » (occupé) ramène environ 1500 euros de recettes à la société des remontées mécaniques. Le taux d’occupation d’un appartement en lits chauds est de 12 à 13 semaines, contre 2,5 semaines en propriété. » Le taux de remplissage est actuellement de 80% pendant l’hiver et de 20% durant l’été.

L’immobilier réhaussé

« Deux projets d’hôtels 5 étoiles sont lancés.  De plus, 4600 lits vont se construire, avec un système mis en place afin qu’il n’y ait pas de résidences secondaires. Les parkings vont devenir souterrains, et les résidences vont être construites sur les parkings. »

Des liaisons repensées

Un transport en commun en site propre, long de deux kilomètres, destiné à relier le village d’Huez à la station de l’Alpe d’Huez ainsi que les deux extrémités de la station, est prévu pour Noel 2017. « Il s’agit de faire tendre l’Alpe d’Huez vers une station piétonne ski au pied pour réduire notre impact carbone et améliorer la qualité du séjour », explique François Badjily.

Des matériels renouvelés

« Des changements de remontées mécaniques, qui permettront d’avoir plus de débit et moins de pylônes, sont prévus : nous allons remplacer deux téléskis et un télésiège par un télémixte (siège et cabines intercalées). Il sera prêt pour décembre 2016. » Jusqu’à 3900 personnes par heure pourront embarquer sur le nouvel équipement.

Des connexions renforcées

« Les dix communes ont donné leur accord pour créer une liaison avec les Deux-Alpes. Nous lançons les études de faisabilité, co-financées par le département de l’Isère. La traversée par câble qui prendra 18 minutes, au-dessus du lac du Chambon. A plus long terme, les Sybelles seront aussi reliées à l’Alpe d’Huez et aux Deux-Alpes. » Cet ensemble représenterait près de 800 kilomètres de pistes, et 2200 mètres de dénivelés.

Publié dansActualité socialeEconomieSociété