ÉconomieEntreprisesServices

WeChef veut « accompagner l’internaute jusqu’à la réalisation de ses repas »

Photo JCSEntretien avec Jean-Christophe Sibon, président de WeChef, un nouveau réseau social dédié à la cuisine.

WeChef semble s’appuyer sur le succès des émissions culinaires et des réseaux sociaux. Quel constat vous a incité à réunir ces deux univers ?

Le succès des émissions culinaires rappelle la place fondamentale de la cuisine dans la culture française, ainsi que la demande constante de transmission de savoir-faire au delà des sexes, des classes d’âges et des catégories socio-professionnelles.

Ces tendances se reflètent sur le Web, mais le parcours de l’internaute reste long et éclaté. Comme sur de nombreux autres sujets, la croissance des contenus culinaires s’est opérée dans un enthousiasme rapide et désordonné : plus de 3000 blogs francophones existent aujourd’hui, sans jamais communiquer avec les plateformes d’e-commerce alimentaire.

Quelle est votre principale différence avec les sites Web culinaires déjà existants ?

WeChef a pour ambition de tirer le meilleur de l’économie collaborative en proposant une solution susceptible d’accompagner l’internaute à chaque étape, de la conception de ses menus jusqu’à la réalisation de ses repas au quotidien, en passant par la livraison de ses ingrédients.

Le site comporte un réseau social collaboratif (pour rechercher, publier et partager des recettes), un générateur de menus (pour obtenir des repas variés et équilibrés en fonction de ses goûts et de ses contraintes) et une liste de courses (pour terminer ses courses dans un magasin physique ou sur une plateforme e-commerce).

Au delà de ses fonctionnalités, WeChef se fixe une mission pédagogique : le site s’adresse à tous les publics (novices, amateurs, et passionnés), et souhaite permettre à chacun de mieux s’alimenter tout en découvrant de nouvelles saveurs.

Quelles sont les grandes lignes de votre modèle économique ?

L’inscription sur WeChef est totalement gratuite. Ce choix traduit notre vocation : fournir un service nouveau à l’utilisateur noyé sous la masse des contenus.

Notre modèle économique repose sur des partenariats avec la grande distribution et avec les marques, à qui nous apportons de la visibilité dans un contexte qualifié, ainsi que de nouveaux clients. Nous parions également sur une offre payante, qui proposera des contenus exclusifs aux utilisateurs les plus chevronnés.

Quels sont vos objectifs de développement ?

WeChef discute actuellement avec les grands acteurs de la distribution, de l’agro-alimentaire et de l’équipement culinaire. Tous ces partenaires doivent jouer un rôle pour un accompagnement responsable de l’utilisateur au long de son parcours.

Nous nous fixons pour objectif d’inscrire au moins 100.000 membres en 2014, alors même que WeChef sera décliné sur mobile et tablette. Nous sommes actuellement en discussion avec différents partenaires financiers pour nous aider à mener à bien ces projets.

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprises

Start-up : le Barteleur joue la carte des cocktails embouteillés

Proposer des cocktails embouteillés aux professionnels de la restauration et aux amateurs avertis, telle est l’ambition de la start-up parisienne Le Barteleur.
EntreprisesManagement

Les astuces de Snapshift pour convaincre les restaurateurs en quête d’un outil de gestion de planning

Permettre aux restaurateurs de gérer le planning de leurs salariés, disposer d’un panorama des heures effectuées, telles sont les fonctionnalités de Snapshift.
ÉconomieEntreprisesServices

Comment la start-up Supli rapproche les fournisseurs de leurs clients restaurateurs

Digitaliser les catalogues des fournisseurs pour faciliter les commandes des restaurateurs, telle est l’ambition de la start-up Supli, qui poursuit son développement.

Laisser un commentaire