Aller au contenu

Ushopia veut faciliter les achats high-tech en ligne

Ushopia propose un guide d’achat basé sur des questions-réponses pour guider les internautes dans l’offre de produits high-tech disponible en ligne.

Alexandre Mallet
Alexandre Mallet

Ushopia propose, depuis le mois de mai, un site internet alliant un guide d’achats et un parcours spécifique permettant aux internautes de se repérer dans l’offre pléthorique de produits high-tech vendus en ligne. Le co-fondateur de cette start-up rémoise, Alexandre Mallet, répond aux questions de Business & Marchés.

Quel constat vous a incité à créer Ushopia?

Valentin Miraille et moi-même sommes ingénieurs en informatique. Nous sommes donc fréquemment sollicités, par des personnes de notre entourage afin d’obtenir des conseils sur le choix de matériel high-tech. Lors de ces échanges, nous nous sommes rendu compte que nous ne pouvions pas bien conseiller nos proches : faute de temps pour analyser le marché et ses produits, faute de connaissance car l’évolution des technologies est très rapide, faute de puissance car nous ne pouvions tout analyser, et faute de rigueur car nous n’avions pas de protocole défini.

C’est pourquoi nous avons souhaité créer un moteur de recherche qui conseillerai les internautes dans leurs achats de manières personnalisées répertoriant la totalité des produits du marché et trouvant rapidement le produit et la boutique adaptés à l’internaute. Cette idée a germé il y a plus de deux ans, mais elle n’a pu émerger que cette année.

Comment accompagnez-vous les internautes dans leur recherche de produits sur le web?

Tout d’abord, les internautes répondent à notre système de questions/réponses. Par la suite, le site prend en considération chacune de ces réponses. Il va noter, trier et filtrer les produits – tel un entonnoir – de telle sorte que le premier produit présenté sera celui qui correspond le plus aux besoins du e-shopper. Pour montrer à l’e-consommateur qu’un tel produit lui va mieux qu’un autre, nous avons intégré des valeurs en pourcentage aux produits. Ceux-ci se mettent automatiquement à jour suite aux réponses. Une fois le produit choisi, il peut choisir parmi 35 critères  différents. Avec ce même système, le site filtre les boutiques qui lui correspondent et qui possèdent le produit. L’utilisateur n’a plus qu’à cliquer sur le site qu’il désire pour terminer son achat.

Comment avez-vous défini les critères d’achat potentiellement utilisés par les internautes?

Nous avons repris les critères dits « classiques » des boutiques et ajouté des critères plus spécifiques tels que la livraison (24H, 48H, 72H, relais colis, Click and collect, frais supplémentaires), le paiement (retour gratuit, bitcoin, CB, chèque, mandat, Paypal, 3x avec/sans frais, mandat cash, liquide, paiement sécurisé…), et les caractéristiques de la boutique (démarche RSE, service après-vente en présentiel, situation géographique du service après-vente, note de la boutique, taille et proximité de la boutique…)

Quelles familles de produits ciblez-vous?

Actuellement, les produits high-tech sont disponibles tels que les smartphones, les tablettes, les casques… Avant Noël, nous disposerons de tout le matériel high-tech et de tout l’électroménager. Mais nous comptons également nous élargir vers d’autres familles de produits.

Comment vous positionnez-vous par rapport aux guides d’achats, aux comparateurs et aux marketplaces?

D’abord, nous sommes un guide d’achats car nous aidons les e-consommateurs à acheter le produit qui leur correspond en leur posant des questions afin de cerner leur besoin, et leur proposer le produit idéal. Notre plus-value est sur l’aspect dynamique de l’interaction. Alors qu’un guide d’achat oblige à lire puis appliquer les conseils pour choisir le produit, nous guidons l’internaute et notons la totalité des produits du marché en moins de 3 minutes. Le guide d’achat ne vous permettrait jamais de balayer tout ce qui est vendu sur le marché.

Ensuite, nous sommes un comparateur car tous les prix de tous les produits – diffusés sur notre site – sont disponibles, et actualisés chaque jour.  Enfin, nous sommes également une marketplace parce que nous référençons les boutiques directement sur notre site, et redirigeons le e-consommateur vers la page d’achat des celles-ci. Ainsi, nous simplifions la vie des e-shoppers en créant un site tout en un. En ce qui concerne notre service de « Personal Shopper », nous ne privilégions pas de boutiques, et nous comparons les produits et les prix (ce que ne font pas les comparateurs de prix).

Quel est votre modèle économique?

Nous ne vendons aucun produit aux consommateurs. Nous sommes un conseiller virtuel d’achat qui aide gratuitement les internautes à cerner leurs besoins afin qu’ils réalisent le bon achat dans la bonne boutique. Nous jouons donc un rôle d’apporteur d’affaires auprès des commerçants et des constructeurs qui veulent promotionner leurs produits et leur boutique. Nous proposons aux commerçants deux modèles de facturation : « pay per buy » (le commerçant paie chaque fois qu’un client est redirigé sur son site marchand. Le montant moyen facturé est compris entre 10 centimes et 40 centimes du clic, et « pay per clic » (le commerçant paie si et seulement si l’internaute provenant d’Ushopia réalise un achat ferme. La commission moyenne s’élève à 3% du prix du produit).

Quels sont vos objectifs de développement ?

Nous souhaitons rapidement améliorer la qualité de notre service en proposant à nos utilisateurs un nombre plus important de produits et de boutiques , en développant le site sur smartphones et tablettes, en rassemblant tous les avis utilisateurs et les tests de produit, et en permettant aux internautes de comparer les caractéristiques des produits et des boutiques via un tableau de bord simple et intuitif. Nous souhaitons offrir de nouvelles catégories de produit à la comparaison tous les trois mois et investir de nouveaux marchés tous les trois ans. Pour soutenir ce développement, nous cherchons actuellement à lever des fonds. Nous avons notamment lancé une campagne de crowdfunding sur Kickstarter.

Photo : Hand choosing shopping par Shutterstock/Ra2Studio

Publié dansEconomieEntreprisesServices