Aller au contenu

La start-up Audion monétise les podcasts de manière personnalisée

Avez-vous déjà téléchargé un podcast ? Ce format enregistre un succès grandissant. Créée en 2018, la start-up parisienne Audion (12 personnes) a levé 1,1 million d’euros en seed en octobre. Elle propose d’insérer des contenus publicitaires ciblées dans les podcasts, selon la localisation et l’univers de l’émission écoutée. Kamel El Hadef, cofondateur d’Audion, nous en dit plus.

Pourquoi avez-vous souhaité vous intéresser au marché des podcasts ?

Le podcast a décollé il y a plusieurs années aux Etats-Unis et connaît un vif succès en France et dans d’autres pays d’Europe. La consommation de contenus radios se délinéarise, la production de contenus podcasts explose, et les services pour accéder et découvrir des contenus sont aujourd’hui des applications mass media (Apple, Spotify, Deezer, Google…) En conséquence, les audiences progressent significativement et ouvrent la porte à un business model publicitaire aujourd’hui prédominant sur le marché américain, en avance de deux à trois  ans par rapport à l’Europe. Notre objectif est donc de suivre cette tendance de fond en proposant les technologies et services permettant aux producteurs de générer du revenu sur le podcast et aux marques de communiquer efficacement sur ce nouveau medium.

Quelles solutions apportez-vous pour innover en matière de commercialisation des espaces ?

Nous proposons une technologie d’insertion dynamique qui permet de positionner en temps réel une publicité au sein d’un podcast. Les enjeux pour parvenir à réaliser cette opération sans dommage sur le player ou le media sont très importants et après plus d’un an de R&D, nous proposons une solution entièrement propriétaire et accessible en un clic. Au delà de l’insertion dynamique, cette dernière intègre nativement des fonctionnalités complexes tel qu’un bider spécifique podcast ou encore des algorithmes permettant une gestion optimale des inventaires.

« Le marché français reste notre priorité »

Etes-vous connectés aux plateformes d’achat d’espace ?

A l’inverse de certains autres formats comme les plateformes de streaming, les radios ou certains agrégateurs, nous ne connectons pas encore les environnements podcasts aux environnements programmatiques. L’offre et la demande sur le podcast natif ne sont pas assez matures pour une ouverture en programmatique. C’est d’autant plus vrai sur le natif ou une ouverture en programmatique entraînera nécessairement la diffusion de spots publicitaires peu adaptés au format qui vont impacter négativement l’expérience l’éditeur, auditeur et de marque.

De quelle manière travaillez-vous avec les éditeurs afin de réfléchir à la monétisation dès le début d’un projet ?

Il existe plusieurs manières d’aborder la monétisation d’un format podcast. Parce que nous proposons une technologie et des services associés, nous avons la capacité de proposer un service sur mesure pour chaque typologie d’éditeur. Soit ce dernier souhaite utiliser notre technologie en standalone, soit nous réfléchissons à une offre plus globale pour monétiser au mieux ses écoutes. Dans tous les cas de figure, notre accompagnement repose au minimum sur notre technologie.

Quels sont vos objectifs de développement ?

Le marché français actuellement en pleine structuration est notre priorité chez Audion avec l’ambition de renforcer notre position d’acteur de référence sur la publicité audio. Le podcast étant techniquement un format universel (RSS) nous allons également ouvrir nos technologies dans d’autres pays européens avec la plupart du temps un relais local. C’est ce que nous avons fait il y a quelques semaines en lançant une offre combinée avec Podigee, CMS podcast leader en Allemagne. Nous allons répliquer ce modèle dans les prochains mois avec l’ouverture de trois autres bureaux en 2020.

Publié dansEconomieEntreprisesServices