Aller au contenu

Saison estivale: qu’en retiennent les firmes ?

On ne le dira jamais assez: l’activité ne s’interrompt pas l’été pour les entreprises. La saison estivale a été l’objet de nombreuses publications de résultats, communiqués et rumeurs. Problématiques.fr dresse le bilan de deux mois durant lesquels les firmes ont continué à faire l’actualité.

Le bel été de…

Total. Le groupe dirigé par Christophe de Margerie a fait état d’un résultat net historique au premier semestre, en hausse de 29 % (variation annuelle) à 8,3 milliards d’euros. Le prix du baril de pétrole s’est apprécié de 72 % sur la période, ce qui a dopé les comptes du pétrolier. Toutefois, la raréfaction à long terme de l’or noir ainsi que les fluctuations des cours poussent l’entreprise à accroître d’une année sur l’autre son budget de recherche et développement ainsi que l’enveloppe destinée à l’exploration-production. Paramètre plus immédiat, les stations d’autoroute ont profité des transhumances de la saison estivale, mais ont dû faire face à plus d’attention sur certains produits de la part des consommateurs.

Rhodia. Le chimiste a répercuté la hausse des matières premières et a fait part d’un résultat net en hausse de 16 % sur un an. Le leader mondial des cartes à puce Gemalto est lui aussi tout-sourire: avec un résultat net en progression de 152 % sur un an, il peut se satisfaire d’avoir accru son offre dans le domaine de la téléphonie mobile avec 500 millions de cartes SIM produites au premier semestre. Dans l’univers des technologies, Google fait face à Microsoft et à Apple pour son dixième anniversaire: un navigateur vient d’être lancé, et prochainement un téléphone portable.

Orange. La division internet et téléphonie mobile de France Télécom a fait sa rentrée début août avec le lancement de sa chaîne Orange foot. Après avoir acheté trois lots pour la diffusion des matches de ligue 1 (le grand match du samedi soir, la diffusion en VOD le lundi et sur mobile) pour une somme estimée à 208 millions d’euros par an durant quatre ans, l’offensive de l’opérateur sur les contenus peut débuter. Canal+ est attaqué sur ses deux terrains de prédilection: en plus de son renforcement dans le sport, Orange devient partenaire du festival de cinéma de Deauville et lancera une antenne destinée aux séries, pour la plupart exclusives sur la France. Et l’offre satellite fait ses premiers pas. En parallèle, France Télécom distribuera à ses actionnaires un acompte sur dividende ce mois-ci.

Un été plus morose pour…

Les pétroliers, sociétés d’autoroute et transporteurs. Les excellents résultats de Total cités ci-dessus ne concernaient que le premier semestre. Pour la seconde partie de l’année, la firme devrait moins pavoiser: en juin, les Français ont réduit leurs achats d’essence de 10 %. Les prix élevés du pétrole, et par conséquent du carburant, ont fini par déteindre sur le comportement des ménages. De plus, les sociétés d’autoroute indiquent que le trafic routier recule depuis avril. Les PME sont elles aussi pénalisées: les faillites de sociétés de transport routier ont augmenté de 77 % au premier semestre.

Système U. « On n’avait jamais vu cela. Pour la première fois, les ventes sont en recul. Les Français achètent moins« , a mis en garde le président de Système U Serge Papin. Les inquiétudes sur le pouvoir d’achat se sont concrétisées par un recul de la consommation sur certaines familles de produits, et les habitudes changent. Selon l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, les prix se sont envolés de 7 % en un an chez le distributeur, affectant les ménages. Au-delà de la seule carte de la proximité, l’enseigne pourrait, comme l’ont déjà affirmé ses concurrents Leclerc et Carrefour, profiter des nouvelles dispositions offertes par la loi de modernisation de l’économie afin d’accroitre la pression sur ses fournisseurs. Avec la liberté de négociation, le gouvernement entend ainsi provoquer à moyen terme un reflux des prix.

Les chaînes commerciales et leurs clients. Le résultat net de TF1 fond de 32,7 % sur un an, alors que sa part de marché publicitaire continue à s’accroître. La chaîne-mère voit son audience reculer, mais sa capacité à rassembler fait toujours mouche. Les firmes du secteur alimentaire sont affectées par le recul de la consommation, les grandes marques jouissant d’une image-prix désastreuse en dépit de hausses moindres que celles pratiquées sur les produits d’entrée de gamme. Le PDG de Publicis s’attend pour sa part à « des baisses d’investissement marketing » dans le secteur de l’automobile, lui aussi touché par la baisse du pouvoir d’achat. De quoi mécontenter les médias et les industriels.

Publié dansEntreprisesIndustrie