Aller au contenu

PrivateFly accompagne l’essor du marché des jets privés

Prendre un jet privé ? Facile, avec PrivateFly : l’entreprise londonienne fête les dix ans de sa plateforme de réservation, qui ne se cantonne pas à la seule cible business.

Depuis dix ans, PrivateFly met en relation ses clients et les opérateurs de jets privés. Une quarantaine de personnes, réparties entre Londres (pour le marché européen) et la Floride (pour le marché nord-américain) sont dédiées à l’activité. « Nous sommes une plateforme qui permet aussi de réduire les coûts de déplacement, contrairement au temps partagé ou à la possession d’un avion. On peut prendre un avion uniquement quand on en a besoin. Plus récemment, les familles se sont intéressées à notre service », précise Charlotte de Beaumont, responsable marketing marché européen.

Période estivale oblige, Nice et Ibiza ont constitué les premières destinations des voyageurs de juillet à septembre, derrière Londres. Paris est arrivée à la quatrième place du classement. Parmi les itinéraires les plus demandés, les prix se sont en moyenne élevés à 10150 euros à bord d’un Piaggio Avanti (7 sièges) pour un trajet Londres-Nice, 7700 euros pour un Paris-Milan dans un avion 4 sièges, et 10600 euros pour un Nice-Ibiza à bord d’un avion 9 sièges. Les jets privés légers et les jets privés de taille moyenne sont les catégories d’appareils les plus affrétés par les clients.

Au troisième trimestre, 72% de nos voyageurs étaient des hommes. Les passagers, en moyenne âgés de 40 ans, étaient au nombre de 4,4 par vol. Ils ont embarqué auprès de multiples opérateurs : « nous avons quelques entreprises qui possèdent des flottes de jets, mais aussi beaucoup de pilotes qui possèdent leur avion. Certaines compagnies se concentrent sur certains itinéraires (Alpine Airlines à Courchevel, par exemple). Aux Etats-Unis, les opérateurs sont plus petits. En Europe, les grands opérateurs essaient de racheter les petits », explique Charlotte de Beaumont. PrivateFly recense 7000 appareils accrédités.

Cap sur le tourisme

L’entreprise compte également développer une offre de loisirs. Paris-Le Bourget et Nice Côte d’Azur étaient en 2017 les aéroports privés les plus fréquentés de France et d’Europe. Pour autant, 250 sites sont desservis en France – PrivateFly suggère ainsi de survoler le vignoble bordelais depuis Bordeaux-Mérignac.

Pas question pour autant de délaisser la cible affaires, qui représente la moitié de l’activité : « Le marché français est moins ouvert que les marchés anglo-saxons et américains, mais se développe rapidement : depuis un an et demi, les entreprises sont moins stressées par l’idée de recourir à un jet privé », observe Charlotte de Beaumont.

Publié dansEconomieEntreprisesServices