Entreprises

A Paris, le Dirty Dick repense sa carte de cocktails pour s’adapter aux nouvelles habitudes

2 min. de lecture
Scotty Schuder, Alex Sadio, Cameron Cresswell - Dirty Dick - Paris

Moitié moins de cocktails, une carte plus évolutive : en attendant le retour des touristes, le Dirty Dick, l’iconique bar à cocktails de Pigalle, a rouvert avec une offre repensée.

Renouveler son offre tout en s’adaptant à la baisse de la fréquentation et à la nécessité de redémarrer prudemment, telle est la problématique du Dirty Dick pour sa réouverture, depuis le 10 juin. Ce bar à cocktails, connu pour l’intérêt qu’il porte à la culture Tiki, ouvert en 2013 rue Frochot, dans le 9ème arrondissement de Paris (une artère connue pour sa forte concentration en établissements spécialisés, comme le Lipstick ou le Lulu White), vient de passer de 30 à 15 cocktails à la carte – les anciennes recettes peuvent toujours être réalisées à la demande.

“La carte était très longue, et nous recevons moins de touristes actuellement. Avec cette offre divisée par deux, nous pouvons nous permettre de changer plus facilement les cocktails. Pour les préparations, il est plus simple d’anticiper et de quantifier”, explique Alexandre Sadio, manager. Autre changement à intégrer, la fermeture de l’établissement le dimanche et le lundi, avec de nouveaux plannings, alors que l’ouverture s’effectuait, avant les restrictions sanitaires, tous les soirs. Soulagement toutefois : tous les membres du staff ont repris leur poste, facilitant ainsi les conditions du redémarrage.

De nouveaux cocktails

Three Dots Dab - Dirty Dick - Paris

Three Dots Dab

Pour la conception de la nouvelle carte, chaque barman a mis la main à la pâte : le Whoodatt Vato Voodoo pour Cameron, le Dill Doh pour Sébastien, le Twisted Typhoon pour Matteo, le Sherry Amour pour Alexandre Sadio ou le Three Dots Dab pour Scotty Schuder, copropriétaire. Un cocktail Tiki classique facile à boire, avec un mélange de rhum agricole (majoritairement) et de rhum de mélasse. Cinq différents rhums composent ce blend, subtil équilibre de saveurs. Un cocktail en hommage à Don the Beachcomber (1907-1989), qui a développé, en son temps, la culture Tiki par l’intermédiaire de ses restaurants.

Twisted Typhoon - Dirty Dick - Paris

Twisted Typhoon

Dans la nouvelle section “Rhum rhapsodies” de la carte (aux côtés des classiques tropicaux et des punch bowls), le Twisted Typhoon est “le plus complexe à préparer”. Originalité : une mignonette de gin Hendrick’s (5cl) est directement placée dans le verre. Citron, orange, passion, solution saline (eau salée en dashs) et “beaucoup d’amour” (on le confirme) sont aussi au programme. Un cocktail frais, aux notes exotiques, herbacé grâce à l’apport du gin.

Cameron Cresswell - Whoodatt Vato Voodoo -Dirty Dick - Paris

Whoodatt Vato Voodoo

Quant au Whoodatt Vato Voodoo, très prononcé, très puissant, sirupeux et onctueux, il consiste en une infusion d’agave avec des fleurs de jasmin. Liqueur de marasquin Luxardo, citron vert, ananas, mezcal et Peychaud’s bitter sont aussi à retrouver dans ce délicieux cocktail, très consistant. “Nos clients consomment de la bière en complément”, ajoute Alexandre Sadio. Du cidre à la pression sera bientôt disponible, en plus d’une bière blonde et de la Lagunitas IPA, dont le Dirty Dick est un client historique.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

2319 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
Entreprises

Colorimétrie et food pairing au menu de la carte cocktails du Breizh Café Montorgueil, à Paris

A Paris, le Breizh Café de la rue Montorgueil est le seul de l’enseigne de restaurants à héberger un bar à cocktails….
Entreprises

A Paris, les belles surprises du nouveau bar à cocktails Ivy

Food & cocktails au menu du nouveau bar Ivy, dans le Sentier, à Paris. Après une ouverture en dents de scie suite aux restrictions, l’établissement espère capter sa cible.
EntreprisesServices

“Il est plus simple de gérer des hôtels que seulement des bars”, affirment les dirigeants d'Experimental Group

En levant 380 millions d’euros, Experimental Group affirme sa mue vers le métier d’hôtelier, dans un contexte de tensions sur le personnel. Entretien avec Olivier Bon et Pierre-Charles Cros.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter