ÉconomieEntreprisesEnvironnement-Santé

MobiReef veut sensibiliser les clients des hôtels à la biodiversité marine

2 min. de lecture
Mobireef - Milieux marins aquatiques

Après huit ans de R&D, la start-up SM² Solutions marines, basée à Palavas-les-Flots (Hérault), a lancé Mobireef, un concept d’aquariums en milieu naturel destiné à l’hôtellerie de luxe. Présentation avec son président, Sven-Michel Lourié.

Pourquoi avez-vous lancé un projet dédié aux récifs artificiels?

Pour préserver la biodiversité, il faut maintenir les habitats dédiés, c’est aussi vrai à terre pour l’orang outan menacé en Indonésie dont les forêts primaires, (leurs habitats), sont détruites pour la culture du palmier à huile. En mer, dans le proche côtier, les ouragans et aménagements littoraux ont altérés les habitats (mort des coraux qui se désagrègent en sable). En concevant, fabriquant, immergeant des habitats marins spécifiques, nous préservons la biodiversité littorale. C’est notre travail depuis 2009, que nous étendons à l’industrie hôtelière.

Comment ces milieux crées ex-nihilo peuvent-ils permettre de sensibiliser le public aux enjeux environnementaux ?

Ces habitats sont biomimétiques : ils ont une forme naturelle qui «booste» le nombre et l’abondance des individus (une multitude de caches offrant plus de possibilité de plaire à un grand nombre d’espèces de poissons et invertébrés) ; de plus ils sont esthétiques. Après un mois de «vieillissement» de ces habitats immergés, foisonne une faune et flore marine. Dans un second temps une randonnée palmée avec un éco-guide (biologiste qui s’apuie sur les jeux de notre mallette pédagogique) est proposée par l’hôtel. La zone, d’environ 1000 m², est sécurisée en surface par des bouées.

Quels paysages peut-on retrouver dans les environnements crées par MobiReef ?

En lieu et place d’une étendue de sable pauvre (à l’exception de quelques poissons plats qui y trouvent leur compte..), se trouve une architecture de récifs artificiels agencés intelligemment par une équipe d’éthologues (l’éthologie est l’étude scientifique du comportement des espèces animales, dans leur milieu naturel ou dans un environnement expérimental). Concernant cet agencement architectural que compose le nouveau paysage, il s’agit donc davantage d’un «urbanisme» des petits fonds côtiers doté d’une vie marine «augmentée». Rien n’est virtuel !

Comment souhaitez-vous convaincre l’industrie hôtelière ?

Nous disposons de cinq arguments dont l’ordre de priorité dépend du contexte, du pays, de la culture… Il s’agit de la différenciation des hôtels de luxe voisins, pauvres en activités «outdoor» ; la contribution à la fidélisation, donc la possibilité d’accroitre le taux de remplissage, rendu possible par les évènements que l’on greffe sur MobiReef : le repeuplement de poissons participatif, par exemple ; le développement d’une activité «ecofriendly »; des revenus additionnels et la possibilité de prétendre à des éco-labels ou certifications vertes pour l’hôtellerie.

Comment financez-vous votre développement?

Le développement s’effectue en  deux phases. D’une part, un déploiement de Mobireef sur trois zones (Emirats arabes unis, Maldives et Caraïbes),qui requiert 450 k€ : 100 acquis en septembre (avec Bpifrance), et 350 par un crowdfunding en cours jusqu’à la mi-décembre. Deuxièmement, le développement de trois autres produits ludo-éducatifs complémentaires sur le littoral, qui nécessitera une levée de fonds à l’horizon 2018-2019.

2178 articles

A propos de l'auteur
Journaliste, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesServices

Supli lève 2 millions d'euros pour connecter plus de grossistes aux pros des métiers de bouche

A trois ans, la start-up Supli accélère. Une levée de fonds de 2 millions d’euros doit lui permettre de développer son service…
Entreprises

Comment La Maison du Whisky a refondu son offre de bière artisanale

Avec DBI (Distributeur de brasseurs indépendants), La Maison du Whisky (LMDW) a décidé de refondre son offre de bières. Alexandre Aubertin, chef de groupe, nous en dit plus.
ÉconomieEntreprisesServices

Bars, restaurants, hôtels: à travers le globe, comment l'Experimental Group résiste à la crise

Experimental Group regroupe 500 personnes travaillant pour quinze établissements (bars, restaurants, hôtels) dans sept villes. Retour sur l’année 2020 avec Olivier Bon, cofondateur.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter