Aller au contenu

Martini met davantage le cap sur l’apéritif

Avec un concept de bar éphémère, le Caffè Torino, et un nouveau bitter, Martini souhaite développer sa présence à l’heure de l’apéritif.

Et si l’on prenait l’apéritif à la Turinoise ? Après avoir présenté son concept de bar éphémère aux professionnels (Cocktails Spirits, Bar Convent Berlin) et au grand public à Edimbourg, Barcelone ou Bilbao, Martini a proposé la semaine dernière aux Parisiens de découvrir son Caffè Torino. Au menu : cocktails, planches et amuse-bouche pour découvrir autrement la gamme, dont une bouteille est ouverte toutes les trois minutes dans le monde, et son nouveau bitter (amer), Riserva Speciale Bitter, qui complète une nouvelle gamme lancée il y a deux ans.

Jérôme Kaftandjian
Jérôme Kaftandjian, city trade ambassador

« De manière classique, le Martini peut se consommer en tonic. Avec nos nouveautés (les vermouths Rubino, Ambrato et désormais leur bitter), nous souhaitons développer les usages en cocktails, en s’appuyant, pour le bitter, sur 23 plantes et épices, dont le safran, la racine d’angostura et du columba. La gamme est actuellement réservée aux professionnels, avant d’être ultérieurement distribuée chez les cavistes », précise à Business & Marchés Jérôme Kaftandjian, city trade ambassador pour Bacardi-Martini.

Au Caffè Torino, le Negroni, cocktail emblématique de la marque, a donc été mis à l’honneur à l’aide des nouveaux produits : Martini Riserva speciale rubino, bitter, gin, quartier d’orange. Aux côtés de cet incontournable du bar, ici revisité, des cocktails plus originaux ont été proposés par une sélection de bartenders, en associant notamment une infusion camomille-romarin et du pamplemousse (Il tonico) ; du jus de tomate épicié, du mezcal, du thym et du whisky (Boss is back), sous la houlette de l’équipe de Big Mamma. Qui a dit qu’une marque créée en 1863 devait rester immobile ?

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Publié dansEconomieEntreprisesIndustrie