ÉconomieEntreprisesIndustrie

Marie Brizard se relance dans les bars à cocktails

2 min. de lecture
Cocktail Marie Brizard

Pour imposer sa nouvelle image, Marie Brizard mise sur la communauté des bartenders.

«Femme d’esprits depuis 1755», Marie Brizard s’est offert en 2016 un sérieux lifting. L’Anisette, référence phare de la marque, arbore désormais un look plus moderne. « Suite au changement de direction et au nouveau nom adopté par le groupe, des grandes ambitions accompagnent le lancement du plan BIG 2018 sur toutes le marques et des moyens importants ont été mis en place.  Marie Brizard était une marque qui manquait de cohérence et de personnalité avec pourtant 260 ans d’histoire. Nous avons voulu relancer la marque Marie Brizard pour casser une image vieillotte», explique Ugo Debaisieux, brand manager du pôle vins et liqueurs pour la France. La bouteille veut désormais s’exposer dans les bars à cocktails.

« Nous sommes allés à la rencontre des consommateurs et des bartenders. Nous avons fait des études pour reconstruire l’identité de Marie Brizard entre leurs attentes et l’ADN de la marque. Nous avons recherché des archives et travaillé avec des historiens pour ressusciter le passé de la marque. Aujourd’hui, le marché des cocktails explose partout dans le monde. Marie Brizard a longtemps été une marque référence pour les bartenders, c’est pourquoi nous avons choisi de cibler les bars et l’univers des cocktails », poursuit Ugo Debaisieux. Pour ce faire, deux cocktails ont été conçus par la marque : le premier, Marie Zest, associe Anisette, citron vert, tonic et un bâton de concombre en décoration, tandis que le second, Marie Love, est composé de liqueur, de rosé, de tonic et d’un zeste d’orange en garniture.

Une nouvelle étape en 2017

Pour poursuivre sur sa lancée, Marie Brizard a lancé en juin dernier, à l’occasion du salon professionnel Cocktails Spirits, une nouvelle plateforme de marque. Baptisée Are you liqueurious?, « elle doit réveiller la curiosité des barmans et des consommateurs », souligne Emile Chaillot, consultant qui a travaillé sur la relance de la gamme. « Il faut repenser l’utilisation des liqueurs en cocktails. Nous nous appuyons sur la figure du kaléidoscope pour démontrer que les possibilités d’utilisation sont infinies. Nos cocktails signature (Purple Marie, avec de la tequila et du jus de pamplemousse; Marie You, avec de la liqueur de yuzu…) le prouvent », indique-t-il.

Avec cette nouvelle stratégie, la marque voit loin : « notre objectif est de redevenir un incontournable du bar en France et à l’international, particulièrement en Asie et aux Etats-Unis. Nous voulons multiplier par deux le chiffre d’affaires d’ici 2020 et remettre les liqueurs au cœur de la création des cocktails. »

2292 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Champagne : Canard-Duchêne pousse les feux sur le bio

La maison de champagne Canard-Duchêne renomme sa cuvée bio (P 181) et accélère sur ses engagements environnementaux.
EntreprisesIndustrie

A Paris, rue de Charonne, Fauve Craft Bière joue la carte du houblon ultra-local

La Petite Charonne, bière produite chaque année, s’appuie sur du houblon cultivé boulevard de Charonne, à quelques pas du brewpub Les Cuves de Fauve, rue de Charonne, à Paris. Un sourcing local qui colle aux ambitions de Fauve Craft Bière.
Économie

Bière : aux Sables d'Olonne, la brasserie Opé sort de l’été tout en légèreté

Après avoir lancé des session IPA cet été, la brasserie Opé reconstitue, aux Sables d’Olonne, ses stocks de stout. Les restaurateurs ont repris leurs commandes durant la haute saison.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

1 commentaire

Réagissez par e-mail ou sur nos réseaux sociaux.