Économie

Le Sandwich & snack show met l’accent sur la world food

2 min. de lecture
Sandwch & snack show

Les 15 et 16 mars, le Sandwich & snack show proposera plus de rendez-vous dédiés à la world food, et reconduit sa coupe de France du burger.

Chaque année, le Sandwich & snack show propose un panorama des nouveautés de l’offre en matière de snacking et de restauration rapide aux professionnels – ils étaient 12.500 en 2016. Les 15 et 16 mars 2017, le salon mettra l’accent sur les cuisines du monde, avec davantage d’attention portée à la restauration japonaise, et se voudra plus ludique. Sa nouvelle directrice, Sylvie Gaudy, répond aux questions de Business & Marchés.

Quelles tendances avez-vous observé, au cours de l’année écoulée, en matière de snacking?

La tendance de la World Food est encore forte : pains burgers, hot dogs, naans, bagels mais aussi rice burgers ou mochi glacés pour la vague nippone. Autre tendance, le NO : no lactose, no gluten, no sucre….. pour répondre à la demande des consommateurs pour des produits sains. Au niveau des concepts, le mono-produit a également le vent en poupe : 100% crêpes, 100% pop-corn, 100% maïs ou 100% crabe!

Quels seront les temps forts du Sandwich & snack show 2017?

Cette année est une édition spéciale championnats, puisque nous accueillons 3 concours autour des spécialités emblématiques de la restauration rapide : le premier championnat de France de sushi, le championnat de France de pizza avec une toute nouvelle épreuve, la Pizza a due (un chef et un pizzaiolo en duo) et la coupe de France du burger. Au-delà du caractère ludique, ces animations permettent aux entrepreneurs du segment du snacking de glaner des idées sur les recettes et les spécialités qui marchent. C’est d’ailleurs l’objectif du salon : offrir aux professionnels les clés pour optimiser ou créer leur business en leur offrant un tour d’horizon des nouveautés et des concepts, sans oublier le décryptage marché avec de nombreux experts qui viendront s’exprimer sur des sujets tels que la digitalisation des points de vente et les nouveaux moyens de paiement, le snacking en boulangerie et ses potentiels de croissance, comment s’adapter à la révolution de la livraison… La world food sera aussi mise à l’honneur autour de l’espace snacking du monde sur lequel nous dévoilerons des produits snacking emblématiques des 5 continents qui peuvent être repris et adaptés à notre propre marché par tout professionnel qui souhaite élargir son offre.

Quelles ont été les retombées de la première édition de la coupe de France du burger?

Les retombées ont été très positives:  nous accueillons, pour cette deuxième édition, le 15 mars, les finales régionales et la grande finale nationale ! Plus de 170 professionnels ont envoyé leur candidature cette année, de toute la France. La variété des types de restauration représentée démontre que le burger est devenu un vrai classique de notre cuisine.

Comment développez-vous le Japan food show?

La restauration japonaise impacte de plus en plus la restauration rapide. L’engouement pour cette cuisine a commencé avec le succès du sushi mais se poursuit aujourd’hui avec des spécialités comme les soupes ramen, les bentos ou les okonomiyakis (galettes japonaises)… On le perçoit aussi dans l’offre des industriels dont l’offre «s’asiatise» (soupes miso, sauce soja, nouilles sautées). Afin de développer ce segment, nous avec crée avec France Sushi le 1er championnat de France de sushi. Nous avons également développé le nombre de conférences dédiées.

2182 articles

A propos de l'auteur
Journaliste, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesIndustrie

“Le Made in France ne suffit pas à faire vendre un produit”, rappelle Tiphaine Chouillet (La Racine)

Entreprises françaises patrimoniales ou sociétés en transition vers le made in France, tels sont les profils de structures qu’accompagne La Racine. Créé en 2015, ce cabinet de conseil intervient sur l’ensemble de la chaîne de la valeur.
Entreprises

Comment La Maison du Whisky a refondu son offre de bière artisanale

Avec DBI (Distributeur de brasseurs indépendants), La Maison du Whisky (LMDW) a décidé de refondre son offre de bières. Alexandre Aubertin, chef de groupe, nous en dit plus.
ÉconomieEntreprisesServices

Bars, restaurants, hôtels: à travers le globe, comment l'Experimental Group résiste à la crise

Experimental Group regroupe 500 personnes travaillant pour quinze établissements (bars, restaurants, hôtels) dans sept villes. Retour sur l’année 2020 avec Olivier Bon, cofondateur.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter

1 commentaire

Réagissez par e-mail ou sur nos réseaux sociaux.