FocusLa sélection de la rédaction

Le salon France Quintessence réaffirme la place des spiritueux français dans le paysage

2 min de lecture

La neuvième édition du salon France Quintessence entend être une caisse de résonance pour les spiritueux français, et une incitation, pour les cavistes et les bartenders, à mieux les mettre en avant.

Dimanche 10 et lundi 11 septembre, France Quintessence sera de retour, pour une neuvième édition. Le salon dédié aux spiritueux français a posé ses valises, depuis l’an dernier, à la salle Wagram, dans le 17ème arrondissement de Paris. “Nous avions créé France Quintessence pour montrer qu’il y a un marché en France, même pour des catégories qui semblent dépassées. Elles génèrent des millions de bouteilles”, rappelle Philippe Jugé, coorganisateur du salon avec Franck Poncelet, en évoquant le cognac, le calvados ou bien l’armagnac.

Depuis 2015, le salon accompagne l’essor des spiritueux français, entre producteurs installés de longue date et start-up. “Il y a toujours la même effervescence autour des spiritueux français, avec des créations. On voit que les Français ont un côté «ingénieur ingénieux», avec l’art de distiller. Il faut construire une usine, même de petite taille. Il faut être très rationnel, et faire preuve de créativité. Dans les spiritueux, on peut véritablement s’exprimer sur ces deux facettes”, poursuit Philippe Jugé.

Des conférences pour les pros

Parmi les nouveaux venus cette année à France Quintessence, il cite la distillerie Génestine (Puy-de-Dôme), Maison Fluide (Gard), Le Petit bouilleur (Jura), le cognac Crocodile Brothers (Charente), le cidre du Domaine des 5 Autels (Calvados), ou les rhums arrangés Halto (Drôme). Pour autant, compte tenu de la prudence de certains acteurs, le salon n’échappe pas à ces difficultés : “la période est plus compliquée pour tout le monde. Jusqu’alors, on avait un cercle très vertueux.”

Cette année, les conférences reprendront à France Quintessence, lors de la journée professionnelle du lundi (deux conférences sur le cognac, une conférence sur la manière de construire son assortiment de spiritueux français, et une intervention du chocolatier Edwin Yansané, d’Edwart). Le dimanche (journée grand public), pour la première fois lors d’un salon de dégustation organisé par Amuse-Bouche, une boutique sera aménagée, gérée par le caviste parisien La Compagnie du mieux-boire. L’éditeur de whisky Benjamin Kuentz sera présent avec des huîtres ; le Bureau national interprofessionnel du cognac avec des cocktails et des mets, et le Bureau national interprofessionnel de l’armagnac avec un bar à cocktails.

Une origine à mettre en avant

Autour des spiritueux, l’estampille “made in France” devrait davantage être mise en avant, estime Philippe Jugé : “il s’agit d’un vrai axe de communication, que les cavistes, les sommeliers et les bartenders doivent davantage mettre en avant. L’acte d’achat d’un vin ou d’un spiritueux est déclenché par le prix et par l’origine. Chez un caviste, le professionnel pourra réaffirmer rôle de sélectionneur.”

Le 14 novembre, le salon Liquid Passion, consacré aux boissons et aux cocktails, reprendra quant à lui du service, sous un format repensé d’une unique journée dédiée aux professionnels, dans le 12ème arrondissement de Paris.

Photo : Eric Perez

2814 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesIndustrie

Appie & Cie reprend la brasserie BapBap au terme de neuf mois de redressement judiciaire

La brasserie francilienne BapBap évoluera désormais dans le giron d’Appie & Cie. L’entreprise avait été créée il y a dix ans par Archibald Troprès et Edouard Minart.
EntreprisesIndustrie

Autour du calvados, la brasserie Fauve collabore avec le Domaine du Coquerel

Une bière vieillie en fûts de calvados et un calvados vieilli en fûts ex-bière, tels sont les produits issus d’une collaboration entre Fauve Craft bière et le Domaine du Coquerel.
EntreprisesIndustrie

Trois Rivières XO, un nouveau rhum résolument gourmand

Trois Rivières lance un XO. La maison (AOC Martinique), dans le giron de Campari, enrichit sa gamme de rhums.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter