ÉconomieEntreprisesServices

La Compagnie des boissons vivantes pousse la bière craft à Paris

2 min. de lecture
La Compagnie des boissons vivantes

La brasserie américaine Crooked Stave fait partie des dernières références à avoir intégré l’offre de la Compagnie des boissons vivantes, un distributeur issu de La fine mousse.

Mi-avril, huit bars et restaurants parisiens spécialisés dans la bière artisanale ont proposé à leurs clients de faire la tournée de leurs établissements pour découvrir les produits d’une brasserie américaine, Crooked Stave. Fondée en 2010, elle propose des bières « d’une extraordinaire complexité » grâce à un travail sur les blends et sur les fûts, à l’instar du whisky. Afin de découvrir les différentes références, des dépliants ont été remis aux clients de La fine mousse (11ème arrondissement), un des bars pionniers de la craft dans la capitale, la Robe et la mousse (4ème arrondissement, avec les mêmes propriétaires), Hoppy Corner (2ème arrondissement) ou bien encore Les Trois 8 (20ème arrondissement). Derrière cette opération, un distributeur émergent, la Compagnie des boissons vivantes.

« La brasserie est une référence dans les bières de fermentation mixte. J’ai visité la brasserie il y a deux ans et me suis bien entendu avec le brasseur, qui est d’ailleurs venu lors d’une édition de la Paris beer week. Il a apprécié l’ambiance parisienne et a été ravi quand je lui ai proposé de réaliser l’import de ses bières en France », précise le dirigeant de l’entreprise, Laurent Cicurel. Un acteur qui n’est pas inconnu dans l’univers de la bière, puisqu’il fait partie des fondateurs de La fine mousse, structure qui a servi à incuber l’activité de distribution à partir de novembre 2012. En janvier 2017, la Compagnie des boissons vivantes a été détachée et a adopté son nom actuel.

D’une activité ponctuelle à une entreprise à part entière

« Cela a commencé pour filer un coup de main à trois brasseurs amis qui avaient du mal à distribuer sur Paris. Nous prenions juste une palette de chaque brasserie et la voiture d’un de mes associés… au fur et à mesure nous avons grossi l’entrepôt puis acheté des camionnettes », explique Laurent Cicurel. Désormais installée à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), la Compagnie des boissons vivantes dispose de 300 m² d’entrepôt et de sept personnes dédiées à l’activité. Thiriez (un des précurseurs du renouveau de la bière artisanale), Azimut (Bordeaux), la Brasserie de l’Etre (Paris) ou les Brasseurs du Grand Paris (Saint-Denis) comptent parmi ses clients brasseurs, aux côtés de brasseries anglaises, italiennes et belges, et des cidres Lefèvre et Sassy.

L’objectif de l’entreprise est de dépasser le seul cercle des geeks de la bière. « Nous écoutons tout d’abord les besoins de nos clients bars et restaurateurs. Certains clients savent ce qu’ils veulent, d’autres sont plus demandeurs de conseils. Et nous réalisons toujours une dégustation si le client ne connait pas les bières, afin de comprendre comment une carte peut être créee. Pour nos clients qui s’y connaissent moins, nous les accompagnons en les aidant à créer une carte cohérente et dans l’air du temps », ajoute Laurent Cicurel. Bien que distribuée essentiellement à Paris, l’offre est disponible partout en France.

2260 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprises

Au Hard Rock Cafe Paris, des clients heureux de revenir et un nouveau merchandising

Installé sur les Grands boulevards, le Hard Rock Cafe Paris traverse l’été avec une carte réduite, mais table sur ses classiques et les cinquante ans de la marque pour animer le restaurant et sa boutique.
Entreprises

Pour l'été, le bar à cocktails parisien Le Syndicat revisite ses recettes dans la continuité

Depuis l’automne, Le Syndicat s’est doté d’une carte de cocktails fixes, dont les ingrédients se renouvellent à chaque saison. Focus sur l’offre…
Entreprises

A Paris, le Dirty Dick repense sa carte de cocktails pour s'adapter aux nouvelles habitudes

Moitié moins de cocktails, une carte plus évolutive : en attendant le retour des touristes, l’iconique bar à cocktails de Pigalle Dirty Dick a rouvert avec une offre repensée.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter