ÉconomieEntreprisesServices

Kokoroe veut développer l’enseignement collaboratif

La start-up parisienne Kokoroe propose une place de marché dédiée à l’enseignement collaboratif.

« Révéler son savoir, c’est l’augmenter ! » Lancée en mars 2015, la plateforme Kokoroe propose aux internautes de faire partager leurs connaissances et leurs habiletés au moyen d’une place de marché numérique dans tous les domaines : musique, mathématiques, développement web, etc. A la différence des cours en ligne, les formations sont effectuées en direct par webcam ou dans un lieu physique. Béatrice Gherara, CEO et co-fondatrice de Kokoroe, répond aux questions de Business & Marchés.

Quel constat vous a incité à créer Kokoroe ?

Kokoroe est né d’une expérience personnelle : je me suis mise en tête un jour de chercher un cours d’italien afin de pouvoir converser dans le cadre d’un prochain voyage. A première vue, rien de sorcier ! En réalité, ce fut un vrai parcours du combattant ! Entre les agences de soutien scolaire, les petites annoncées collées chez la boulangère et les sites web faits-maison, il est difficile de trouver son bonheur… Pour peu que vous ayez des contraintes (horaires, budget, etc), c’est quasi mission impossible. Nous avons donc décidé de faciliter l’accès au savoir et de permettre à chacun de trouver en quelques clics le professeur de ses rêves.

Comment fonctionne la plateforme ?

La plateforme Kokoroe accueille tous les passionnés du dimanche, les autodidactes et les trublions du savoir, dotés d’un talent et souhaitant le partager au travers d’un cours collectif ou d’un cours particuliers. Notre objectif : permettre à chacun de partager ses connaissances, de dégager un complément de revenus et rencontrer d’autres passionnés. Nous accueillons des passions les plus classiques (mathématiques, langues, histoire de l’art) aux plus atypiques (hoola-hoop, origami, magie, cracheur de feu) !

Comment vous assurez-vous de la dimension pédagogique des cours proposés ?

La communauté se fonde sur la confiance et le partage de talents. Nous nous assurons que les échanges et transactions sont effectués dans les meilleures conditions de respect, de transparence et de sécurité. L’identité du professeur est vérifiée (téléphone, email, carte d’identité) et une sélection est effectuée. Le professeur est évalué par son élève, à la fin de chaque cours.

Quel est votre positionnement par rapport aux acteurs existants de l’e-learning et aux tutoriels vidéo ?

Kokoroe est une plateforme collaborative de savoirs qui propose un apprentissage hybride, basé sur la complémentarité de son offre. Le week-end, vous pouvez commencer votre cours de Japonais en face-à-face avec votre professeur parce que vous disposez de temps libre et poursuivre avec des cours en visioconférence durant votre pause déjeuner en semaine. Chez Kokoroe, un format n’exclut pas l’autre, nous parions sur un omni-apprentissage, en phase avec les modes de vie, nomades et connectés, de nos membres.

Quel est votre business model et quels sont vos objectifs de développement ?

Notre business model est simple : l’inscription et la création de l’annonce sont gratuits. Nous prélevons une commission sur le professeur à l’occasion de chaque mise en relation avec un élève. Celle-ci demeure minime (2,50 euros + 10% du montant du cours, là où certains organismes prélèvent 50%). Nous disposons à ce stade de plus de 500 types d’activités représentées, des plus traditionnelles aux plus éclectiques, notre objectif est de continuer à poursuivre l’enrichissement de notre gamme de cours et de dénicher des pépites (notre dernier inscrit est le champion du monde de Scrabble, qui donne des cours d’orthographe !)

Photo : E-Learning concept par Ecco/Shutterstock

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

Comment la start-up Supli rapproche les fournisseurs de leurs clients restaurateurs

Digitaliser les catalogues des fournisseurs pour faciliter les commandes des restaurateurs, telle est l’ambition de la start-up Supli, qui poursuit son développement.
Entreprises

Ugo Jobin : “nous devons montrer qu'être barman est un vrai métier”

Grâce à des tutoriels vidéo consacrés aux fondamentaux et aux techniques contemporaines des métiers de l’hospitalité, Bar Spoon veut réaffirmer sa place dans l’univers de la formation des barmans, débutants ou confirmés.
ÉconomieEntreprises

Mafana, le rhum à base de brèdes en mode start-up

En trois ans, le rhum Mafana s’est imposé dans les bars de la région nantaise grâce à sa composition unique. Retour sur cette success-story.

1 commentaire

Les commentaires sont fermés.