ÉconomieEntreprisesIndustrie

Broderick’s parie sur l’humour pour promouvoir ses barres chocolatées

1 min. de lecture
Barres chocolatées Broderick's

Les barres chocolatées irlandaises Broderick’s se lancent à l’assaut des consommateurs français avec un marketing décalé et éprouvé.

Disponibles dans plusieurs épiceries (dont la Grande Epicerie) et supermarchés de Paris, les barres chocolatées Broderick’s se distinguent par leur fabrication « à la main », en Irlande, ainsi que par un marketing décalé. L’entreprise familiale, créée en 1983, compte aujourd’hui plus de 13000 fans sur Facebook et de multiples références aux goûts surprenants. Elle était présente, en mars dernier, au salon Sandwich & Snack Show, à Paris.

« Nous essayons de regarder quels sont les ingrédients et les saveurs les plus délicieux sur le marché et ce que nous pourrions potentiellement faire avec. Ensuite, nous jouons avec les recettes. Nous essayons beaucoup d’idées différentes, de la bière avec des brownies, de la mayonnaise avec des brownies, du fromage avec des brownies dont aucune ne semblait vraiment convaincante, mais qui ont finalement eu un succès bien plus fort qu’attendu ! D’autres gammes comme notre nouveau slam dunk à la cacahuète ont émergé de cette façon », explique la responsable commerciale France et Royaume-Uni de Broderick’s, Orla Wilson.

La marque mise sur un marketing fondé « sur l’humour et sur l’utilisation de très bons graphiques. L’idée principale est d’aborder la vie comme une gourmandise. Les noms sont uniques parce que les produits sont uniques. Broderick’s représente deux frères qui se battent beaucoup, mais qui sont d’accord sur les pâtisseries. Deux personnages représentent chaque frère, Bernard et Barry. Ils ne prennent pas la vie au sérieux », complète Orla Wilson. Sur les réseaux sociaux, Broderick’s décline sa plateforme de marque sur Twitter, Facebook et Instagram avec un univers coloré et ponctué de blagues.

2184 articles

A propos de l'auteur
Journaliste, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesIndustrie

“Le Made in France ne suffit pas à faire vendre un produit”, rappelle Tiphaine Chouillet (La Racine)

Entreprises françaises patrimoniales ou sociétés en transition vers le made in France, tels sont les profils de structures qu’accompagne La Racine. Créé en 2015, ce cabinet de conseil intervient sur l’ensemble de la chaîne de la valeur.
EntreprisesServices

Supli lève 2 millions d'euros pour connecter plus de grossistes aux pros des métiers de bouche

A trois ans, la start-up Supli accélère. Une levée de fonds de 2 millions d’euros doit lui permettre de développer son service…
Entreprises

Vodka : Belvédère renouvelle son image et enrichit sa gamme

Avec une nouvelle plateforme de marque et un spirit drink, Heritage 176, Belvédère affirme son positionnement éco-responsable.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter