ÉconomieInvestissementMarchés et finance

Investissement : Widoowin veut mieux accompagner les PME

2 min de lecture

Société de conseil en investissement créée en 2009, spécialiste du plan épargne en actions (PEA) et du PEA-PME, Widoowin (8 personnes, 200 comptes clients), installée à Bordeaux (Gironde) depuis deux ans, lance un FCPR dédié aux PME non cotées et éligible au PEA et PEA-PME. Son président, Mario Da Silva, nous en dit plus.

Pourriez-vous nous présenter l’activité de Widoowin ?

Le PEA est une enveloppe créee en 1992 pour orienter l’épargne des Français vers l’investissement en action. Au terme de cinq ans de détention, les gains acquis au sein de l’enveloppe sont exonérés d’impôt sur le revenu (les prélèvements sociaux s’appliquent) en cas de retrait des sommes par l’épargnant. Près de 90 milliards d’euros sont aujourd’hui investis au sein de 4,5 millions de PEA quasi-exclusivement sur les marchés financiers. Or, il est tout à fait possible d’investir au capital de PME ou d’action non-cotée. Il ne restait qu’à construire un produit qui allait rendre possible la rencontre de PME en phase de croissance et d’épargnant dont le souhait est d’investir au sein du tissu économique. Les Français sont de bons épargnants et de mauvais investisseurs et seules les incitations fiscales (réduction IR et/ou ISF) ont jusqu’ici permis à ces acteurs de parler le même langage. Sans avantage fiscal à l’entrée, difficile de se projeter pour investir dans une PME. La contrepartie du timing de sortie et de la non liquidité des titres a jusqu’ici été le partage du risque avec l’administration fiscale. Il était donc temps de trouver un nouveau relais de financement pour les TPE / PME qui souffrent encore énormément du manque d’apport en fonds propres pour se développer.

Comment fonctionne votre modèle ?

Lors de l’augmentation de capital, l’entreprise créée des titres, qu’elle rachètera sur une durée échelonnée de cinq ans à un prix défini selon la croissance de son activité. Chez Widoowin, nous représentons nos clients que l’on facture chaque année selon un barème indexé aux nombres de PME accompagnées et aux montants investis.

De quelle manière renforcez-vous votre implication dans les PME ?

Le partenariat initié avec M Capital Partners, une société de gestion basée à Toulouse, a permis la création d’un fonds commun de placements à risques (FCPR), W PME Valorisation. Ce véhicule d’investissement investira directement au capital des PME. L’investisseur pourra, grâce aux capitaux placés au sein de son PEA, investir dans le FCPR qui va investira lui-même directement dans une quinzaine de PME

Quels profils d’entreprises ciblerez-vous ?

On va rechercher des PME qui justifie de plus de trois ans d’existence, moins de cinq millions d’euros de chiffre d’affaires, qui ont historiquement produit des indicateurs en croissance (EBE, résultats…) et qu’elles peuvent dupliquer leur modèle. Par exemple, une entreprise du secteur du loisirs a prouvé sur les premiers sites qu’elle exploite que l’idée fonctionne, et souhaite en ouvrir d’autres. Nos secteurs de prédilection : les loisirs, de la distribution, du le bâtiment… : des secteurs traditionnels finalement.

2732 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

“Climbing District compte faire monter en gamme les salles d'escalade”

A l’occasion d’une levée de fonds de 10 millions d’euros, les fondateurs de Climbing District, Henri d’Anterroches et Antoine Paulhac, nous présentent les spécificités de leur concept de salles d’escalade en milieu urbain.
ÉconomieSociété

DRY JANUARY — “Le phénomène du sans alcool va bien au-delà du mois de janvier”, observe l’équipe des vins désalcoolisés Moderato

Sébastien Thomas, cofondateur de la marque de vins sans alcool et moins alcoolisés Moderato, compte développer la R&D sur ce segment, et observe un développement de la consommation tout au long de l’année.
Industrie

Mixologist in the soul : “l’industrie du bar et les producteurs de spiritueux doivent mieux faire connaître leur métier”

Rencontre avec Emeric Tiercelin, alias Mixologist in the soul, un créateur de contenus sur l’univers des spiritueux.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter