Entreprises

Food: l’incroyable succès des fruits givrés de Fruttini by MO

2 min de lecture
Fruttini by MO - Fruits givrés - Paris

Fruttini by MO produit des fruits givrés vendus dans ses boutiques parisiennes et en ligne. Une approche similaire à la pâtisserie qui plaît à ses clients.

Fruttini by MO ne craint pas de coup de chaud. Une deuxième boutique a ouvert ses portes en décembre 2020 rue des Martyrs, dans une rue très commerçante du 9ème arrondissement de Paris, deux ans après une première implantation rue Saint-Placide (6ème arrondissement) avec un succès immédiat. Le concept : repenser les fruits givrés en travaillant des sorbets onctueux, avec de généreuses quantités pour pouvoir les partager, en misant sur un sourcing exigeant et un travail minutieux (de sept à huit manipulations pour chaque fruit). Le lieu est pour sa part conçu comme un boudoir, avec un salon de thé (en exploitation normale) et un grand comptoir en marbre.

Le chiffre d’affaires a progressé de 40% entre 2019 et 2020, avant le lancement de la deuxième boutique et en dépit de l’absence de touristes et du service en salle. Parmi les produits phares figure le yuzu, malgré son prix élevé (de 18 à 20 euros la pièce, ou 60 euros au kg). L’avocat rencontre aussi un franc succès, avec un sorbet à la texture plus ferme et un produit qui se prête aussi bien à une dégustation en dessert qu’en entrée. Après être lavés, les fruits sont évidés de leur pulpe afin de réaliser le sorbet, puis les fruits sont de nouveau remplis. Face au succès, la production, jusqu’alors réalisée dans l’arrière-boutique, a été délocalisée en août dernier dans un laboratoire situé porte de Saint-Ouen, qui commence à être à l’étroit.

Litchi (4 euros la pièce), noix, châtaignes, dattes (4,50 euros), mandarines, fleurs de cactus, figues (8 euros), kiwis, oranges, oranges sanguines, bananes (9 euros), pommes, poires, kakis (10 euros), ananas (38 euros) figurent parmi la cinquantaine de références proposées. L’équipe sélectionne ses fruits directement à Rungis ou par l’intermédiaire d’un agrumiste. Un souci de la qualité qui a convaincu de beaux établissements (hôtels, épiceries fines…) de revendre les créations de Fruttini by MO. Le transport s’effectue au moyen de camions à température négative – la livraison a bien fonctionné durant les deux confinements.

Une possible ouverture à la franchise

“Nous sommes très heureuses. J’étais avocate et mon associée est issue de l’univers de la mode. Nous avons été sollicitées à de nombreuses reprises pour des développements à l’international”, confie Olivia Berdah, cofondatrice avec Marie-Laure Pollet. Parmi les développements possibles figure une ouverture à la franchise, notamment dans le sud de la France. Fruttini by MO prévoit de conserver la production, “la clef du concept”. La création d’une troisième boutique parisienne est aussi envisagée. En attendant, les produits peuvent être expédiés partout en France métropolitaine.

Pour attirer de nouveaux clients, l’entreprise s’appuie notamment sur Instagram, l’un de ses principaux leviers de recrutement.

2783 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

A Paris, la Distillerie de l’Arbre sec fait ses premiers pas

Nichée dans le 1er arrondissement, la Distillerie de l’Arbre sec enrichit le paysage parisien des fabricants de spiritueux, en se concentrant sur ses gins à son démarrage.
La sélection de la rédaction

Dans ces bars d'hôtels 5 étoiles, on passe à l'heure du dessert

Tiramisu, espresso martini revisité, Mont Blanc : à l’InterContinental Paris Le Grand, au Sofitel Paris Baltimore et chez Maison Proust, des inspirations desserts dans des bars d’hôtels parisiens 5 étoiles.
La sélection de la rédaction

Les fruits, clef de voûte du menu cocktails printanier de l'Hôtel des Grands Boulevards, à Paris

Inspirations printanières et estivales à l’hôtel des Grands Boulevards. Cet établissement (4 étoiles) d’Experimental Group, situé dans le 2ème arrondissement de Paris, vient de renouveler le menu de ses bars, The Shell (dans le lobby) et The Shed (en rooftop, avec une réouverture de la cuisine prévue le 1er mai). Focus sur trois cocktails de la nouvelle carte, avec Karim Hamadouche, bar manager.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter