Aller au contenu

E-commerce: comment Fourmis.fr veut se relancer

Sept ans après sa création, l’e-commerçant Fourmis.fr, précurseur dans la vente en ligne d’insectes, souhaite élargir sa cible et diversifier ses revenus.

Créée en 2006, le site internet Fourmis.fr, dédié à la distribution de fourmis, a été repris en 2003 par Antoine Garault, gérant d’un grossiste en alimentation, GNG Distribution. Trois ans après cette diversification, il souhaite offrir à la plateforme, qui a joué un rôle de précurseur en France dans le domaine, un nouvel élan. « Fourmis.fr va bien, l’activité est profitable et contribue à la marge mais n’a pas encore retrouvé son chiffre d’affaires de 2011 (233 k€). On se situe aux alentours de 60 à 70 k€, la croissance revient petit à petit », explique-t-il à Business & Marchés.

En 2015, le site a réalisé 40.000 euros de chiffre d’affaires, sans réelle évolution. « Nous constatons une stagnation aux causes multiples. Depuis 2013 nous exploitons la gamme de 2012 sans nouveautés. Nous avons eu trop peu de choix d’espèces endémiques sur notre site web entre 5 et 7 espèces, contre plus de 20 à 30 par le passé. Nous avons également absorbé la clientèle d’un grossiste en insectes qui fournissait les zoo, ce qui nous a rapporté énormément de travail », précise Antoine Garault.

Elargir la cible du site

Les clients actuels du site sont essentiellement des enseignants et des passionnés de myrmécologie – à savoir la science de l’étude des fourmis. « Pour pérenniser l’activité, nous avons décidé fin 2015 de donner un nouveau souffle à cette branche. Nous visons de nouveaux clients, parmi lesquels la grande distribution spécialisée (les animaleries à l’aide de notre réseau, les magasins de jouets qui vendent des fourmilières éducatives, et les commerces dédiés à la découverte). Les boutiques des musées et parcs animaliers, ainsi que les cadeaux d’entreprises constituent également des pistes envisagées », explique le chef d’entreprise.

Un éventuel développement en direction du grand public en direct, par l’intermédiaire du site web, pourra intervenir ultérieurement. « Pour le moment, le grand public n’est pas ciblé par notre site web, mais cela fait partie de nos axes de développement. Comme le prouvent les nombreuses actualités sur le sujet, il y a un vrai intérêt pour ce sujet », poursuit Antoine Garault. La priorité est donnée pour l’heure à la création d’un rayon librairie, de produits connexes éducatifs (scarabées, phasmes…), au lancement d’une boutique dans l’Isère et au développement de sessions éducatives.

Publié dansEconomieEntreprisesServices