Entreprises

La distillerie Merlet veut réinjecter du cognac dans les cocktails

2 min. de lecture
Merlet - Bouilleurs et bartenders

La distillerie Merlet a repensé ses actions auprès des bartenders, pour les sensibiliser au cognac.

Ces dernières années, le Bureau national interprofessionnel du Cognac a, dans ses actions marketing, fortement insisté sur l’univers du cocktail. A son échelle, la distillerie Merlet (à Saint-Sauvant, en Charente-Maritime), créée en 1850, s’inscrit dans cette tendance avec l’organisation d’un séminaire, «Bouilleurs et bartenders», qui s’est tenu fin juin à Paris. Pendant six ans, une compétition de bartenders, Sidecar by Merlet, avait précédemment été organisée – du nom du traditionnel cocktail au cognac, à la liqueur (Cointreau, fréquemment) et au citron.

«Nous étions déjà présents sur le marché en lançant notre cognac en 2010. Nous devons intéresser les bartenders au cognac, et leur montrer d’autres facettes à travers des éléments éducatifs. Ils peuvent s’inspirer les uns des autres», précise Luc Merlet, directeur commercial et marketing. L’entreprise a lancé sa marque dans les années 1980 avec les liqueurs – sa première activité était de distiller du cognac pour le négoce. Aujourd’hui, l’entreprise compte 42 personnes, à Saint-Sauvant. Environ 5 millions de cols sont conditionnés par an, les deux-tiers pour le compte de tiers.

«Un retour aux cocktails classiques»

«Il y a un retour aux cocktails classiques depuis plusieurs années. Le cognac s’inscrit dans cette mouvance de remettre au goût du jour des produits perdus de vue », poursuit Guillaume Le Dorner, à la tête du bar spécialisé Luciole, à Cognac (Charente). « De premier abord, les consommateurs ne vont pas encore naturellement vers le cognac. Quand un produit a une certaine image, on ne va pas la changer du jour au lendemain. Le renversement de tendance se fait à plusieurs, en espérant qu’il y ait aussi des effets de mode. J’espère qu’on va enfin réussir le cognac des salons pour aller vers une cible plus jeune», complète Luc Merlet.

Dans sa gamme, Merlet notamment sur sa crème de cassis, son triple sec et sa liqueur cognac et café. Lancé en 2010, le cognac Brothers Blend (2010), « beaucoup porté sur le fruit, assez léger, très facile d’approche », mélange d’eaux de vie allant de 4/5 ans à 12 ans, a été conçu à destination des professionnels du bar. Pour autant, le cocktail vainqueur de la première édition de «Bouilleurs et bartenders» demeure très… classique : l’Herbs Sazerac de Joseph Arnott (du bar parisien Glass) contient 50 cl de Brothers Blend, 3 traits de liqueurs de prune, et 15 cl de sirop provençal fait maison.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

2292 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Avec Brown-Forman, la distillerie écossaise BenRiach se relance

La gamme de la distillerie écossaise BenRiach a été restructurée autour de sept whiskies. Une nouvelle impulsion pour cette marque, qui enrichit le portefeuille de Brown-Forman.
EntreprisesIndustrie

Champagne : Canard-Duchêne pousse les feux sur le bio

La maison de champagne Canard-Duchêne renomme sa cuvée bio (P 181) et accélère sur ses engagements environnementaux.
EntreprisesIndustrie

A Paris, rue de Charonne, Fauve Craft Bière joue la carte du houblon ultra-local

La Petite Charonne, bière produite chaque année, s’appuie sur du houblon cultivé boulevard de Charonne, à quelques pas du brewpub Les Cuves de Fauve, rue de Charonne, à Paris. Un sourcing local qui colle aux ambitions de Fauve Craft Bière.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter