ÉconomieEntreprisesServices

Les consignes automatiques de retrait essaiment à grande vitesse

2 min de lecture
Casiers de retrait PackCity

Depuis son lancement en juillet 2014, le réseau de consignes automatiques Packcity (96 unités) a vu transiter plus d’un million de colis. 336 PickUp Station s’ajoutent à l’offre. Agnès Roupenel, directrice commerciale France de Neopost Shipping, revient sur ce développement.

Pourquoi les consignes automatiques se sont-elles développées aussi rapidement ?

Nous constatons une croissance forte des consignes automatiques suivant l’évolution des volumes du click & collect. Plusieurs facteurs conditionnent cette évolution : besoin d’optimiser le process logistique en magasin, besoin d’optimiser la surface en magasin (et diminuer l’espace de stockage dédié au click & collect), besoin de diminuer les files d’attente pour conserver la satisfaction des clients finaux, besoin d’innovation pour se différencier. Ce dernier point rejoint un besoin d’apporter toujours plus de services à des clients exigeants avec un changement des habitudes des consommateurs (clients plus autonomes, besoin de rapidité, besoin d’élargir les horaires de retrait) et la mise en place de nombreux tests dans les enseignes.

Comment avez-vous développé votre réseau et les partenariats avec les e-commerçants ?

Nous avons installé près de 350 consignes en France pour le compte de nos clients transporteurs Pickup et Relais Colis, les enseignes Décathlon, Fnac, Darty, Auchan et Undiz mais aussi en entreprise (Oney, Circles). La solution étant modulaire, le nombre de casiers par unité varie entre 30 et plus de 200 casiers sur certains sites à forte activité, en moyenne sur l’ensemble du parc indoor et outdoor, la moyenne se situe autour de 90 casiers par site. Nous avons à présent des unités installées dans toutes les régions de France, avec une concentration dans les grandes agglomérations, lieux de flux importants de livraisons colis et où la consigne apporte une vraie valeur ajoutée en termes d’organisation et absorption de ces flux : Paris et Ile-de-France bien sûr, mais aussi les grandes agglomérations de plus de 500.000 habitants comme Bordeaux, Lyon, Nantes, Marseille et Lille. Parmi les agglomérations de plus petite taille : Grenoble, Montpellier, Tours, le Mans, Angers, Angoulême, Limoges, pour n’en citer que quelques-unes.

Quels sont les gains pour les retailers ?

Une optimisation des coûts avec des économies avérées à partir de 30 colis par jour, une optimisation des coûts de traitement : gain net d’un euro par colis, des indicateurs de satisfaction client (98% des clients ayant utilisé la consigne se disent satisfaits), l’élimination des files d’attente (97,2% des clients se disent très satisfaits) et des délais de retrait réduits (46,2% des colis sont retirés le jour de la livraison). Toutefois, les enseignes ne mettent pas encore suffisamment l’offre de retrait en consignes en avant sur les sites marchands. Packcity permet également de traiter les retours d’achat en ligne.

2816 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

“Les agences de design font preuve de résilience”, souligne Delphine Dauge, de l'Association Design Conseil

Depuis 1988, l’Association Design Conseil regroupe les grandes agences de design. Sa présidente, Delphine Dauge, fait le point sur l’actualité du secteur et sur son adaptation au contexte économique actuel.
EntreprisesIndustrie

"Les consommateurs s'intéressent au café de spécialité, qui peut aussi se développer en CHR", souligne David Serruys, du Collectif café

Les chiffres du café de spécialité restent encore peu connus en France : 800 torréfacteurs traditionnels, 4000 coffee shops. David Serruys, président du Collectif café, décrypte les enjeux de ce marché.
EntreprisesIndustrie

“Bulles de Ruche passe de la phase de lancement à celle des volumes”, explique Marc-Antoine Fulconis

Après avoir levé 1 million d’euros fin 2023, Bulles de Ruche accélère son développement. Créée en 2020, cette start-up parisienne (6 personnes) spécialisée dans la création et la vente de boissons innovantes à base de miel s’apprête à renouveler le packaging de ses différentes références à l’été 2024, Année durant laquelle elle compte atteindre les 100 000 bouteilles d’hydromel, sa boisson phare.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter