EntreprisesManagement

Comment facilement appliquer le protocole sanitaire dans les bars et restaurants

Tables dans une salle de restaurant - Cantine - RIE

Recueillir les coordonnées des clients, telle est la mesure prise par des restaurateurs parisiens pour retracer d’éventuels cas contacts. Face au Covid-19, les équipements de sécurité s’installent dans le paysage.

Devrez-vous transmettre vos coordonnées à chaque gérant de bar ou de restaurant ? Ce scénario pourrait rapidement se concrétiser. “En plus des mesures obligatoires, nous invitons ainsi les cafetiers et les restaurateurs à mettre en place dans leur établissement un cahier de rappel, afin de garder à disposition des autorités sanitaires les coordonnées de leurs clients en cas de contamination et de les aider à remonter le fil des cas contacts”, a suggéré Pascal Mousset, président du Groupement national des indépendants hôtellerie-restauration Paris Île-de-France. Une mesure proposée par la mairie de Paris. Les informations seraient conservées durant un mois.

Cette idée fait partie de l’arsenal de mesures prises par les bars et restaurants pour tenter d’éviter de devoir refermer leurs établissements ou être soumis à de nouvelles restrictions, comme à Marseille (Bouches-du-Rhône), ville dans laquelle les établissements doivent fermer leurs portes plus tôt. “Pour toutes commandes au bar, nous vous rappelons que le port du masque est obligatoire. Nous serons, dorénavant, intransigeants sur ce point. A partir de 22 heures, la soirée peut continuer à l’intérieur jusqu’à nouvel ordre. Dès aujourd’hui, nous mettons en place une jauge, correspondant aux nombres de places assises, qui limitera le nombre de personnes dans le bar”, insiste pour sa part le pub parisien Outland Bar auprès de ses clients.

L’application du protocole sanitaire au cœur des préoccupations

La généralisation du port du masque est par ailleurs intégrée, tout comme celle des équipements de sécurité et des marquages de distanciation. Il est devenu simple, aujourd’hui, de se procurer les fameux stickers à apposer au sol. Parois en plexiglas, affiches ou kakémonos sont de mise pour protéger le personnel et rappeler aux clients les bonnes pratiques à adopter. Les visières font, elles aussi, désormais partie du paysage. “Des mesures d’espacement entre les personnes sont précisées via affichage, marquage au sol et consignes orales dans chaque zone d’attente”, dispose le protocole sanitaire commun à toute la profession hôtels-cafés-restaurants. Des balisages doivent être installés. Les serveurs doivent rappeler les consignes sanitaires à leurs convives.

L’application du protocole sanitaire fait l’objet d’une attention de tous les instants. L’enseigne de cash & carry Metro a édité une checklist permettant de faciliter l’ouverture : prise de connaissance du protocole par le chef d’établissement, désignation d’un référent, organisation d’un brief quotidien, circulation revue pour éviter les croisements, aménagement des horaires de travail pour limiter la présence simultanée de nombreux employés, aération des locaux, information en cas de symptômes, présence de moyens de désinfection, séparation du linge sale dans un sac fermé, identification des surfaces au contact des mains, cadencement des activités en cuisine (lieu clos par excellence), limitation des contacts lors des livraisons, ouverture-fermeture des poubelles avec une commande non manuelle… Autant de points à vérifier. Le paiement sans contact s’est lui largement répandu – les banques espéraient le voir décoller depuis plusieurs années.

Nombre d’établissements ont ainsi choisi d’informer clairement leurs clients dès l’extérieur, en mettant en exergue les nouveaux comportements à adopter. Un moyen, de se prémunir d’éventuels troubles. Dans l’univers du tourisme, à Disneyland Paris, aucune photo ne doit sortir de l’entreprise sans masque – dans les attractions, les clichés des visiteurs dont le visage est découvert sont supprimés et ne peuvent être vendus. Un mois après sa réouverture, l’entreprise a par ailleurs commencé à faire évoluer les messages de ses badges apposés au sol, invitant à respecter la distance plutôt qu’à ne pas marcher sur les stickers.

Des dispositifs amenés à durer

Toutes ces mesures pourraient être amenées à durer. Qu’ils soient posés sur du carrelage, des sols en PVC, des surfaces en bois ou en béton, les autocollants de sécurité devraient être visibles bien au-delà des six mois au cours desquels ils peuvent être détachés. Les délais de production sont en moyenne inférieurs à une semaine.

Les parois mobiles en plexiglas (également appelées parois anti-postillons), pouvant être installées sur un comptoir ou un bureau, gagnent en personnalisation grâce à des messages pouvant être inscrits en fronton. De nouveaux produits qu’il convient d’apprivoiser pour une reprise la plus sécurisée possible.

Photo : NickyPePixabay

A lire également
EntreprisesServices

Restauration: “le risque de défaillances s'accentue pour les établissements déjà en difficulté”

Malgré une bonne reprise cet été dans certaines zones, les bars et les restaurants souffrent du déploiement du couvre-feu. La livraison et la vente à emporter se sont encore davantage développées ces dernières semaines.
EntreprisesServices

Couvre-feu: “les Français n'ont pas l'habitude de dîner aussi tôt!”

Trois chefs parisiens, à la tête de restaurants bistronomiques et gastronomiques, reviennent sur la première semaine du couvre-feu, désormais étendu.
Actualité socialeÉconomieEntreprisesSociété

Couvre-feu : un affaiblissement supplémentaire d'un secteur des bars-restaurants déjà en difficulté

Après l’application de nouvelles règles sanitaires, les restaurants et les bars, déjà soumis à une fermeture anticipée ou totale dans plusieurs agglomérations, devront se conformer par endroits au couvre-feu en vigueur cet automne.