ÉconomieEntreprisesManagement

Comment Coworkgames, le CE des indépendants, a changé de business model

Coworkgames est passé d’un programme de fidélité à une activité de comité d’entreprise, en se concentrant sur les besoins de sa cible, les indépendants.

Créé il y a un an, Coworkgames propose une offre d’avantages destinés aux travailleurs indépendants, à l’instar des comités d’entreprise. Ce service constitue aujourd’hui le volet d’activité principal de l’entreprise, initialement positionnée comme un programme de fidélité pour les espaces de travail collaboratif. Son CEO, Joffrey Goullet, explique sa démarche à Business & Marchés.

L’idée de départ : récompenser la fidélité des coworkers

« Initialement, Coworkgames était un programme de récompense dédié aux espaces de coworking. Les coworkers gagnaient des points en fonction du temps passé dans un espace de coworking partenaire, afin d’accéder à des réductions ciblées sur leurs besoins professionnels. Nous avions douze espaces de coworking partenaires en France et huit en Belgique ».

La difficulté : un démarrage trop lent

En octobre 2014, l’entreprise a amorcé son changement de modèle. « Le lancement du programme dans les espaces de coworking prenait trop de temps (trois mois en moyenne), et nous nous rémunérions sur les réductions achetées par nos utilisateurs. Nous avons alors décidé d’effectuer un pivotage complet de notre business model, en nous concentrant sur les indépendants (freelances, entrepreneurs, coworkers…) Après avoir consulté nos anciens utilisateurs, nous avons décidé d’élargir notre catalogue et de proposer des offres sur des loisirs. Le comité d’entreprise nouvelle génération venait de naître ».

Le constat : des utilisateurs aux faibles revenus

Les travailleurs indépendants – qui peuvent s’installer dans des espaces de coworking – sont désormais au centre du business model de l’entreprise. « 9 auto-entrepreneurs sur 10 dégagent un revenu inférieur au Smic avec, en moyenne, 4300 euros de revenus annualisés la première année, soit trois fois moins que les créateurs classiques. Au bout de trois ans, 90% dégagent un revenu inférieur au Smic au titre de leur activité non-salariée. En tant qu’auto-entrepreneurs, nous avons aussi pu constater qu’il est bien plus agréable d’être son propre patron mais qu’il pouvait être difficile de trouver ses premiers clients et de dégager un revenu suffisant ».

La réponse : un nouveau service

« Nous avons donc décidé de créer une plateforme qui répondrait d’une certaine manière à ce constat, en transposant le principe des comités d’entreprise aux indépendants. Ceux-ci peuvent accéder à des offres préférentielles dédiées au développement de leur activité (services web, fournitures de bureau, high-tech, etc.) mais aussi pour leurs loisirs (musées, cinéma, loisirs…). Une solution simple pour ainsi leur permettre de faire des économies sur toutes leurs dépenses et se concentrer efficacement sur leur activité ».

La nouvelle activité : un CE pour les indépendants

« L’activité de comité d’entreprise a été mise en place en nouant un grand nombre de partenariats. Nous avons aujourd’hui une trentaine de partenaires dont HP, Wonderbox, Hertz et Pierre & Vacances. Nous continuons d’élargir notre catalogue et nous restons à l’écoute de nos utilisateurs qui peuvent nous contacter quand il le souhaite via la plateforme pour nous faire part de leurs requêtes. Nous réalisons aussi différents partenariats avec des espaces de coworking, des fédérations et associations afin de gagner en visibilité. Nous espérons atteindre 10.000 adhérents d’ici trois ans. D’ici là, de nouveaux services seront lancés ».

Photo : Business man writing business model concept par Shutterstock/Dusit

A propos de l'auteur
Journaliste à L'Usine Nouvelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprisesServices

Pourquoi les chatbots sont devenus des incontournables de la transformation digitale

Dydu édite un logiciel permettant à ses clients de dialoguer avec leurs internautes. Katia Houbiguian revient le parcours des bots et sur leur utilité aujourd’hui.
ÉconomieEntreprises

MyBrazil Juices poursuit le développement de ses jus de fruits frais

La start-up parisienne MyBrazil Juices développe sa gamme de jus de fruits dans des bars éphémères et en GMS. Elle compte également se développer dans les cafés-hôtels-restaurants.
ÉconomieEntreprises

Marc Bonneton (Cockorico): “les cocktails prêts à boire peuvent concurrencer la bière”

Démocratiser le cocktail et faciliter ses usages, telles sont les ambitions de Cockorico. Cette marque de cocktails prêts à boire se lance sur le marché, avec Marc Bonneton.