Aller au contenu

La Chine et l’Inde domineraient l’économie mondiale en 2050

L’Inde se hisserait au deuxième rang des économies mondiales d’ici à 2050, estime PwC.

D’ici à 2050, la Chine serait toujours la première économie mondiale… dans un classement largement chamboulé ! Le cabinet d’audit PwC estime que le pays serait en mesure de se maintenir à ce niveau à cette échéance, peu importe la méthodologie retenue. La part de la Chine dans le produit intérieur brut mondial en termes de parité de pouvoir d’achat s’apprécierait de 16,5% en 2014 à un pic d’environ 20% en 2030, avant de diminuer à environ 19,5% à l’horizon 2050. Les rendements décroissants des investissements réalisés et le vieillissement de la population affecteront la croissance effrénée du pays.

En revanche, l’Inde semble bien partie pour détrôner, en 2050, les Etats-Unis du second rang des économies mondiales. S’il souhaite atteindre ce cap dès 2035, « il lui faudra pour cela faire d’importants progrès en termes d’investissements dans les infrastructures, de réformes institutionnelles et d’élévation du niveau d’éducation pour toutes les catégories de sa population », explique Olivier Salesse, directeur au pôle Strategy de PwC. Le premier ministre indien, Narendra Modi, a récemment annoncé une batterie de mesures pour améliorer la confiance des investisseurs et fluidifier la pratique des affaires.

« À bien des égards, cette situation constituerait un retour à l’ère précédant la révolution industrielle, lorsque la Chine et l’Inde dominaient largement le PIB mondial grâce à leur immense population et leur secteur agricole relativement efficace à l’époque », ajoutent les consultants de PwC.

L’Europe à la traîne

En revanche, c’est la douche froide pour l’Europe : la France passerait du 8ème au 13ème rang d’ici à 2050, l’Espagne de la 16ème à la 26ème place, l’Allemagne du 5ème au 10ème rang, et l’Italie de la 12ème à la 16ème place dans le classement. La part globale de l’Union européenne glisserait de 17,5% à 12% du PIB mondial d’ici à 2050. « L’Europe doit monter en puissance si elle ne veut pas être à la traîne dans cette transition historique », ajoute Olivier Salesse.

PwC conseille à la France d’investir dans l’innovation et dans la formation pour « ne pas devenir un pays périphérique », mais bien rester parmi les leaders de l’économie mondiale, en demeurant attractive. Les pays émergents doivent quant à eux améliorer leur cadre institutionnel, notamment en matière de droit des sociétés.

Photo : Polygonal style vector illustration of earth planet, Asia view par Shutterstock/Arthimedes

Publié dansConférences & documentsEconomiePolitique écoRéférences