Aller au contenu

La Chine et la consommation au cœur de Vinexpo

Le salon des vins ouvre ses portes dans un contexte tendu avec la Chine.

48.000 visiteurs sont attendus à Vinexpo, le salon international des vins et spiritueux dont les portes se sont ouvertes ce dimanche à Bordeaux. Crée il y a trente-deux ans, il s’est imposé comme un des rendez-vous majeurs de la profession. Plus de 2.500 visiteurs chinois devraient en arpenter les allées, si les chiffres relevés il y a deux ans sont stables.

La Chine est devenue en 2011, selon la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux (FEVS) le troisième acheteur de ces liquides auprès de la France avec 857 millions d’euros de chiffre d’affaires. Les producteurs prennent au sérieux la menace d’une procédure anti-dumping à l’encontre de l’Union européenne, en réponse aux mesures de rétorsion prises dans le secteur des panneaux solaires.

« Il n’y a pas de risque de découvrir des aides qui seraient des subventions directes à l’exportation », a expliqué le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll. 500.000 emplois sont en jeu, selon la FEVS qui met en avant le dynamisme des échanges, bienvenu en temps de crise. « Dans un contexte de ralentissement de la croissance mondiale, l’instrumentalisation de notre secteur dans un différend commercial est particulièrement regrettable », indique son président Louis Fabrice Latour.

Des initiatives pour rajeunir la cible

Avec 1,4 litre de vin par habitant consommé chaque année contre 23 litres au Royaume-Uni ou 52 litres en France, la marge de progression est conséquente. L’édition Asie-Pacifique du salon verra sa surface agrandie de moitié en 2014 à Hong Kong .« On n’a jamais bu autant de vin qu’aujourd’hui », rappelle le président de Vinexpo, Xavier de Ezaguirre. Toutefois, la filière doit intégrer de nouvelles habitudes de consommation, et séduire des consommateurs plus jeunes dans certains pays.

La start-up Fabulous Brands vient ainsi de lancer (sous la marque Winestar) des canettes de vin, un pari pour le moins audacieux qui s’inspire de modes de conditionnement disponibles dans l’Hémisphère Sud : des petites bouteilles de vin, destinées à une consommation individuelle ou en couple, y sont notamment vendues en devant de caisse. Les canettes, vendues au prix de 2,50 euros, bénéficient d’un matériau spécifique et contiennent de l’azote liquide pour prévenir l’oxydation. En Allemagne, 60 millions de canettes sont vendues chaque année.

A plus long terme, la question du réchauffement climatique devra être prise en compte par la filière. D’après le comité interprofessionnel du vin de Champagne, les vendanges ont été avancées de treize jours, l’acidité totale a reculé de 1,5g et 0,8 degré supplémentaire a été constaté au cours des vingt-cinq dernières années.

Sur un plan plus personnel, Vinexpo joue aussi la carte des rencontres amoureuses, ou presque. Le salon constitue en effet la rampe de lancement du site Vinea Love, un nouveau venu sur ce marché chargé. Son créneau ? Pouvoir trouver l’âme-sœur parmi des passionnés de vin…

Publié dansEntreprisesIndustrie