ÉconomieEntreprisesServices

Le Canard Huppé, ou comment lancer un food truck avec originalité

Lors du festival Omnivore World Tour, Erwann Huet est revenu sur le lancement du Canard Huppé, son food truck aux recettes originales.

Des cuisses de confit de canard effilochées, du soja frais, du cantal entre-deux, de la ciboulette, de l’œuf et un passage en panure : les duck balls sont de sortie ! Ce plat, emblématique de la finger food pour sa préhension facile, figure parmi les recettes phares du Canard Huppé. Les boulettes sont confectionnées dans les locaux de l’entreprise.

Les duck balls du Canard Huppé avant cuisson

Les duck balls du Canard Huppé avant cuisson

Lancé en novembre 2013, ce food truck, dont le laboratoire est basé à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), mise « sur un produit apprécié des Français, mais peu revisité. L’idée était de proposer des créations de recettes », a indiqué, lors de la dixième édition du festival gastronomique Omnivore World Tour, Erwann Huet, le créateur du Canard Huppé.

« J’ai commencé dans le camion de mon oncle à l’âge de 15 ans, durant les vacances, a-t-il expliqué. J’ai ensuite pris goût à la cuisine. J’ai toujours travaillé dans la restauration en parallèle de mes études de communication. Ce parcours est intéressant car je suis aujourd’hui chef d’entreprise et cuisinier ». Si la vie de food trucker fait rêver de nombreux créateurs d’entreprise, Erwann Huet n’hésite pas à aborder les contraintes du métier, qui ne consiste pas seulement à cuisiner mais aussi décrocher des emplacements, le nerf de la guerre. Il s’entoure de deux à cinq personnes en fonction des services.

Erwann Huet s’est adjoint au démarrage les services du chef Bruno Viala, qui œuvre dans l’événementiel. Ce consultant lui a permis d’élaborer les recettes et de bénéficier de premières retombées dans la presse.

Les pains ont initialement été élaborés avec un meilleur ouvrier de France. Aujourd’hui, « le meilleur boulanger des Hauts-de-Seine » l’accompagne dans la fourniture des buns, un des constituants les plus sensibles des burgers, ce plat figurant aussi à la carte. Celui-ci est accompagné d’une sauce à la moutarde, d’oignons rouges, et d’un lobe de foie gras de 85 grammes saisi à la plancha. De la roquette et du sel de Camargue, plus iodé que le sel de Guérande, l’agrémentent. En route !

2119 articles

A propos de l'auteur
Journaliste, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
ÉconomieEntreprises

Reconfinement: Ninkasi s'appuie sur le digital et développe ses réseaux de distribution

Lors du premier confinement, Ninkasi a digitalisé ses bars-restaurants. Une transition qui lui permet de maintenir de l’activité. La distribution des spiritueux,…
ÉconomieEntreprises

Reconfinement: malgré les embûches, Fauve Craft Bière fourmille de projets

Fauve Craft Bière va ouvrir une microbrasserie dans l’Hérault et accélérer sur la mise en canettes de sa gamme. Son brewpub parisien est touché par le reconfinement.
Entreprises

“La glace est l'oubliée de la gastronomie”... mais la start-up l'Ultime compte y remédier

Trois glaces aux parfums surprenants, livrées en moins de deux heures à Paris, telle est la proposition gourmande de l’Ultime pour remonter le moral de ses clients en plein reconfinement.