ÉconomieEntreprisesServices

Les bonnes recettes d’InnovOrder pour digitaliser les restaurants

2 min. de lecture

En quatre ans, InnovOrder a équipé de nombreux grands comptes de la restauration pour accélérer leur digitalisation, autour de l’encaissement. Romain Melloul, cofondateur de la start-up parisienne, répond aux questions de Business & Marchés.

En quatre ans, comment a évolué l’activité d’InnovOrder ?

Depuis sa création, Innovorder a beaucoup grandi et s’est positionné comme une solution leader en France de la digitalisation du point de vente, en particulier de la restauration. Notre  solution digitale dédiée concerne l’encaissement multicanal, avec le développement de cinq produits : un logiciel de caisse, un module de commande en ligne, des bornes de commande, un outil de gestion CRM, et un outil d’analyse de données. Depuis trois ans, nous adressons la restauration collective (Elior, 1001 Repas…) et commerciale (Columbus Café, Poivre Rouge, Bagel Corner…), avec l’accompagnement de près de 500 clients, que nous accompagnons dans leur transformation digitale. Nous sommes passés de trois personnes dans un incubateur à plus de cinquante personnes dans des bureaux au cœur du Sentier, avec 50% des effectifs dédiés à la R&D pour faire évoluer nos solutions et démarrer l’internationalisation.

Comment vos grands comptes clients ont-ils renforcé leur politique de digitalisation ces dernières années ?

On note une réelle accélération depuis fin 2017, avec une prise de conscience forte de nos clients grands comptes sur la nécessité d’utiliser le digital pour remettre l’expérience client au centre de leur métier et bénéficier d’un pilotage plus fin de leur activité. Cela passe par deux grands axes : une transformation interne (refonte des SI et outils vieillissants, transformation RH), pour gagner en agilité, en facilité de gestion, en compétences ; ainsi qu’une transformation des modes de distribution de l’offre (nouveaux canaux de commande comme le e-commerce et le m-commerce, les bornes en points de vente, la livraison) pour obtenir des relais de croissance.

De quelle manière les restaurateurs peuvent-ils utiliser la data pour renforcer leur connaissance de leur clientèle ?

La data aide les chaines de restaurants sur plusieurs aspects. Une connaissance plus fine de l’activité opérationnelle : quels produits vendus, gestion des stocks et des marges, horaires de vente, produits invendus / perdus, temps d’attente des clients, temps de production, comparaison entre points de vente… La connaissance des clients, également: fréquence de venue, habitudes de consommation, modes de consommation et canal de vente privilégiés… Enfin, un pilotage plus fin des ressources: chiffres clés à suivre, pilotage d’un réseau, gestion simplifiée de la comptabilité et autres normes en vigueur… Cela permet aux restaurateurs de mieux définir les lieux d’implantation des points de vente et les canaux de distribution, de mieux construire l’offre produit, de segmenter la base clients et créer des programmes de fidélité personnalisés, et de prévoir l’activité des jours à venir.

Quels sont vos objectifs de développement ?

Nous sommes convaincus que la transformation digitale n’en est qu’à ses prémices. Nous souhaitons à nous développer sur nos marchés cœurs (restauration rapide et restauration collective) et ouvrir de nouveaux marchés en 2019, continuer à recruter des talents pour accompagner notre forte croissance, et devenir à horizon trois ans le leader européen des solutions de digitalisation de la restauration.

2215 articles

A propos de l'auteur
Journaliste dans la presse professionnelle, j'édite Business & Marchés à titre personnel depuis 2007.
Articles
A lire également
EntreprisesIndustrie

Sainte Lucie adapte son offre d'aides culinaires pour répondre aux nouvelles attentes des restaurateurs

Durant le premier confinement, Sainte Lucie a vu augmenter ses ventes d’aides aux desserts. L’entreprise basée dans l’Oise, créée en 1885, également…
EntreprisesFocus

EPC, ou le champagne en mode start-up pour recruter de nouveaux consommateurs

La maison de champagne EPC a réussi à s’imposer auprès de grands comptes et d’être présente dans six pays. Jérôme Queige, cofondateur et directeur général de la start-up, revient sur ce démarrage réussi.
EntreprisesServices

“La restauration livrée est un métier à part entière, qui nécessite des process dédiés”

Le chiffre d’affaires de la restauration livrée a atteint 4,9 milliards d’euros en 2020. Les clients réguliers pèsent pour 50% des utilisateurs des services de livraison. François Blouin, président de Food service vision, décrypte ce paysage remodelé.

Recevez nos prochains articles par e-mail

Abonnez-vous à notre newsletter